Gui de CHAULIAC 1298-1368 Chirurgien, docteur en médecine français

SOURCE http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/chauliac.html

Le XIIe siècle est le grand siècle des universités, communautés juridiques de maîtres et d’étudiants.
A Montpellier il reste du passage de célèbres étudiants des traces précieuses comme les signatures de Guy de Chauliac, Arnaud de Villeneuve, Pétrarque, Nostradamus et même Rabelais !

Gui de Chauliac 

Chirurgica Magna

Il publie en 1363 son œuvre maîtresse La Grande Chirurgie « Chirurgica Magna » qui est une adaptation de « Inventorium sive Collectorium artis chirurgicalis medicinae » déjà publié en 1340. Elle était également appelé Guydon (allusion populaire au prénom de Guy, Guydo en italien): « Guydonis de Caulia » ou « Guydo de Cauliaco »

Gui de Chauliac

Guy de Chauliac naquit dans une modeste famille paysanne des Monts de la Margeride vers 1298 à Chaulhac, commune du canton de Malzieu en Lozère, sur la bordure sud-ouest du Massif Central. Il apprend le latin auprès du curé de la paroisse qui décèle en lui une intelligence et une capacité d’observation hors du commun.

C’est par reconnaissance que la châtelaine de Mercœur l’envoie étudier la médecine dans les facultés du Languedoc à Toulouse puis à Montpellier où il devint Magister en Médecine en 1325. A partir de cette date, on le voit fréquentant les différentes « Universités » européennes : Toulouse, Bologne, Paris.

A Bologne et Paris il apprend la médecine et non la chirurgie alors dévolue aux barbiers, mais il y découvre les travaux d’anatomie des médecins grecs et judéo-arabes.

Chauliac/Bologne

« Entre Montpellier et Bologne » L’itinéraire intellectuel de Mondino di Luzzi (1276-1328) et Guy de Chauliac (1298-1368), deux importants médecins du XIVe siècle, illustre l’existence de liens doctrinaux et académiques entre la faculté de médecine de Montpellier et le Studium médical de l’université de Bologne.
C’est dès 1315 que Mondino di Luzzi décrivit les protocoles qu’il utilisait pour les autopsies des corps humains. Il rassembla ses remarques méthodiques dans un traité « Anatomia » qui fit autorité pendant deux siècles sur le sujet. Un an plus tard, les dissections furent pratiquées à Bologne dans un but didactique.
Niccolo Bertuccio, héritier et continuateur des idées et de la méthode anatomique de Mondino, fut le maître bolognais de Guy de Chauliac et représente le point de contact entre la tradition anatomique bolognaise et les écoles françaises de médecine. Guy de Chauliac propose dans sa « Chirurgia Magna » le modèle bolognais de la bipartition de la médecine en theorica et practica et place comme fondement théorique de l’acte chirurgical l’étude de l’anatomie, appris à Bologne selon la nouvelle méthode introduite par Mondino.

En 1340 le pape Clément VI prit pour l’époque une mesure révolutionnaire : il autorisa les autopsies publiques des pestiférés à Montpellier, afin de tenter de découvrir l’origine de leur mal. Cette mesure marque le début des dissections à but médical. Guy de Chauliac participe à des dissections de cadavres qui l’éclairent sur le corps de l’homme.

C’est aussi dans les années 1340 que Guy de Chauliac écrivit « Inventorius sive Collectorium Partis Chirurgicalis Medicinae ». Son ouvrage est une compilation des auteurs grecs et arabes, des maîtres de Salerne et des chirurgiens de Bologne. Il sera repris dans une édition datée de 1363.

Guy de chauliac exerça son art au long du Rhône, à Lyon et en Avignon :

La peste
Elle est apparue dès le haut moyen-âge (entre 400 et 900) en Europe et dans les principautés belges, et disparaît de manière inexpliquée au VIIIme siècle. Après une absence de quatre siècles la planète toute entière va connaître quasiment 400 années d’épidémies de peste qui se renouvelleront de 1348 à 1721 avec une cadence plus ou moins constante de 3 à 4 épidémies par siècle écoulé.
Tout les hommes de ce temps vont être confrontés au terrible fléau, dont on ne sait pas se protéger, car à l’époque on ne sait rien de sa cause et de sa propagation.
Réapparue en Asie centrale en 1337, la peste laisse treize millions de morts après son passage en Chine.
Dans les villes insalubres, les populations sous-alimentées résistent mal aux épidémies de peste, qu’une médecine balbutiante se révèle incapable d’enrayer.
En 1347, suivant les grands axes commerciaux, la peste détruit l’armée de la Horde d’Or qui assiégeait les génois dans Caffa en Crimée. De là, l’épidémie se propage en Sicile pour atteindre en 1348 la France et l’Espagne ; en 1349 elle se répand en Allemagne, en Europe centrale, en Angleterre, puis l’Ecosse et les pays scandinaves en 1350.
Appelée couramment peste noire ou bubonique, à défaut d’être transmise par contacts directs avec le malade contaminé, elle est transmise et transportée par les puces des rats qui logeaient dans les cales des navires. C’est pourquoi les villes portuaires furent les premières atteintes par la maladie.
Nul n’est épargné par le fléau.

• En 1348 Guy de Chauliac rejoint Avignon où il devient chapelain et médecin des papes Clément VI (1342-1352) – sur lequel il aurait procédé à une trépanation – Innocent VI (1352-1362) – qui le nommera chanoine de Reims – et Urbain V (1362-1370) – lozérien comme lui dont il fut aussi un ami très proche.
Guy de Chaulhiac arrive en Avignon en 1348, l’année où commence à sévir l’épouvantable épidémie de peste noire à laquelle il faillit succomber, mais dont il se guérit lui-même. Il étudia scientifiquement la maladie dont nous connaissons les manifestations cliniques grâce à ses écrits:
 » L’importante mortalité de la maladie pouvait survenir de deux façons:
La première, sévit pendant les deux premiers mois de l’épidémie, elle se manifeste par une fièvre continue qui s’accompagne d’hémoptysie, le malade meurt en trois jours; c’est la peste pulmonaire.
La deuxième, pendant la suite de l’épidémie, se manifeste également par une fièvre continue et élevée puis apparaissent des hématomes, des abcès noirâtres (le sang infecté se répandait sous la peau ) et des tuméfactions ganglionnaires dans les aines et les aisselles sur les parties externes du corps et la mort survient en cinq jours; c’est la peste bubonique. On note des cas où des patients survivent et réussissent à surmonter cette forme pathologique de la peste.
On constate une grande cantagiosité spécialemnt en cas d’hémoptysies non seulement en rendant visite aux malades mais également en les observant de loin, cela pouvaut suffire pour passer d’une personne à une autre. »
La peste septicémique est une troisième forme que Guy de Chauliac n’a pas pu reconnaître car la septicémie était si rapide que les malades décédaient en quelques heures avec des symptômes cérébraux importants et hémorragiques diffus.
Un tiers environ, sinon la moitié de la population disparut emportée par le fléau.

Guy de Chauliac est le chirurgien le plus éminent du XIVème siècle, il a révolutionné l’esprit médical de son temps et mérite le nom de
« Père de la Chirurgie Moderne. »

Van Gogh en Provence

Avignon

– Visite du Musée Angladon où vous pourrez admirer le seul tableau de Van Gogh en Provence : Wagons de chemin de fer – août 1888.

Itinéraire touristique : Van Gogh en Provence

Puis direction Saint Rémy de Provence

A voir / à faire :

-Visite du monastère de Saint Paul de Mausole, transformé au XIXe siècle en asile et où Van Gogh trouvera refuge au cours de l’année 1889/1890 juste avant de se suicider. Dans l’allée du monastère, un buste en bronze rappelle le séjour du peintre.

Traversée des Alpilles par l’impressionnant Val d’Enfer.

Rejoindre Arles

A voir / à faire :

-Passage devant l’Abbaye de Montmajour qui inspira le peintre (possibilité de visite).

-Visite de la ville d’Arles. Son patrimoine romain et roman, Ville de Van Gogh, capitale de la Camargue et chaque année le rendez-vous de la photographie, de la musique, de la tauromachie… Arles est une ville d’art et d’histoire, classée par l’UNESCO comme Patrimoine mondial de l’Humanité. – www.arlestourisme.com

-Évocation de la vie de l’artiste sur les lieux où il vécut et qui lui inspirèrent ses plus belles toiles (L’Hôpital Van Gogh, le Pont Langlois, les Alyscamps, la Place Lamartine…).


12 septembre 1213 : La bataille de Muret

Le 12 septembre 1213, les Français du nord et du sud, en conflit sous le prétexte d’une croisade contre les Cathares, se livrent bataille sous les murailles de Muret, au sud de Toulouse. Le roi Pierre II d’Aragon, qui s’est rangé aux côtés des méridionaux, va y perdre la vie

https://www.bing.com/videos/search?q=bataille+de+muret&&view=detail&mid=041AB49FDE2CD05555D6041AB49FDE2CD05555D6&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3Dbataille%2Bde%2Bmuret%26FORM%3DHDents

catholiques

Les Français du nord sont guidés par un seigneur d’Ile-de-France, Simon de Montfort. Ils portent la croix sur la poitrine et veulent extirper l’hérésie cathare des terres languedociennes. Les méridionaux, autour du comte de Toulouse Raimon VI et de son beau-frère, le roi Pierre II d’Aragon, sont d’aussi fervents catholiques que les premiers. Mais ils craignent non sans raison que les croisés leur enlèvent leurs droits, leurs terres et leurs coutumes sous prétexte de religion. Le comte Raimon VI et le roi Pierre II d’Aragon vont assiéger ensemble le petit château de Muret, au confluent de la Garonne et de la Louge. Situé à vingt-cinq kilomètres au sud de Toulouse, il appartient au comte du Comminges. Il est occupé par tout juste trente chevaliers et quelques fantassins. Quittant Fanjeaux, dans le Lauragais, Simon de Montfort accourt à leur rescousse avec le gros de ses troupes, soit neuf cents hommes. Sur le chemin, il prend le temps de faire ses dévotions à l’abbaye de Boulbonne. Enfin, il entre dans le château de Muret avec le risque d’y être assiégé à son tour.

Royale imprudence

Pierre II d’Aragon veut tirer la victoire d’une vraie bataille et non d’un siège sans gloire, ce qui, après sa victoire de Las Navas de Tolosa sur les musulmans, lui permettrait de jouer un rôle d’arbitre au nord des Pyrénées comme dans la péninsule ibérique. Au lieu d’attendre que la famine fasse son oeuvre dans le château, il encourage les assiégés à sortir et à se battre en terrain ouvert. Simon de Montfort, habile stratège, répond à son attente en sortant avec ses hommes. Mais il prend la direction du sud, donnant l’impression de la fuite, puis se rabat à l’ouest, traverse la Louge, et fonce sur le camp toulousain, qui compte plus d’un millier d’hommes. En première ligne, face à la cavalerie des croisés, combattent les comtes de Foix et de Comminges ; en deuxième ligne, les troupes d’Aragon ; en troisième ligne, au milieu des archers et des hommes à pied, le comte Raimon VI de Toulouse, qui désapprouve la tactique par trop téméraire du roi d’Aragon. De façon quelque peu inattendue, les croisés, moins nombreux mais plus disciplinés, percent la première ligne et atteignent la deuxième. Là-dessus, Simon de Montfort et ses troupes se lancent dans la mêlée sur le flanc. Pierre II, le héros de Las Navas de Tolosa, est frappé à mort. Les soldats à pied d’Aragon se débandent dès qu’ils apprennent la mort de leur souverain. Les croisés les poursuivent et les massacrent. Le fils et héritier du roi, Jacques (six ans), est quant à lui capturé et plus tard renvoyé dans son royaume au-delà des Pyrénées. Les fantassins de Toulouse sont à leur tour assaillis et tentent d’échapper au massacre en rejoignant les bateaux au mouillage sur la Garonne. Leur comte, qui n’a pas lui-même eu le temps de participer aux combats, se trouve une nouvelle fois isolé. Il n’a d’autre solution que de s’enfuir en Angleterre, chez le roi Jean sans Terre, en attendant l’heure de la revanche.

Vers une guerre nationale

L’année suivante a lieu à Bouvines, au nord, une autre bataille décisive pour le destin de la France. Elle se solde par la victoire du roi Philippe II Auguste, qui s’affirme comme le principal souverain d’Europe. Rassuré sur la solidité de son trône, le roi de France tourne ses yeux vers le drame qui se joue dans le Midi. Il obtient le concours du pape Innocent III, lequel se résigne à déchoir le comte de Toulouse Raimon VI de ses titres par le décret du 14 décembre 1215. Philippe II Auguste assure ses arrières en obtenant l’hommage-lige de Simon de Montfort pour toutes les terres qu’il a conquises dans le Midi, à l’exception du marquisat de Provence (cette ancienne possession des comtes de Toulouse, au nord de la Durance, ne dépend pas des rois capétiens). La guerre, dès lors, de religieuse devient « nationale ».

https://www.herodote.net/12_septembre_1213-evenement-12130912.php

L’Arbre blanc de Montpellier élu plus bel immeuble au monde

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/arbre-blanc-montpellier-elu-plus-bel-immeuble-au-monde-1790763.html

Le plus beau bâtiment résidentiel du monde est à Montpellier. C’est l’Arbre blanc qui a été élu par le site spécialisé en architecture ArchDaily. Cet immeuble contemporain a vu le jour au printemps dernier sur les bords du Lez.

Le plus beau bâtiment résidentiel du monde est Montpelliérain. L’Arbre blanc  a été élu par le site spécialisé en architecture ArchDaily.  Cet immeuble contemporain a vu le jour au printemps dernier sur les bords du Lez.
« Magnifique », « cool », « plutôt réussie » … ou pas, « ça ne fait pas trop penser à un arbre »… Les commentaires des passants ne tarissent pas à la vue de l’édifice. Appréciée décriée ou même détestée, l’architecture de l’Arbre Blanc ne laisse personne indifférent.

Consécration 

Pourtant, la consécration du programme immobilier pensé par Sou Fujimoto et OXO, achitectes associés, Nicolas Laisné et Dimitri Roussel, architectes mandataires, est arrivée le 19 février. 95.000 visiteurs du site d’architectes internationaux Archdaily ont élu la tour résidentielle de Montpellier plus beau bâtiment du monde dans la catégorie Immeuble de Logements.

à voir en urgence, une edition de « De humani corporis fabrica » de Vesale!au musée Fabre à Montpellier

_

Dans le cadre de l’exposition « art et anatomie » il est exposé au musée Fabre de Montpellier un exemplaire de 1555 du fameux traité d’anatomie écrit par le médecin flamand, « Père de l’anatomie moderne », André VÉSALE dit Andreas Vesalius. (1514/1564).

Résultat de recherche d'images pour "expo fabre anatomie"

En toute honneteté, je suis restée schotchée devant cette oeuvre magistrale dont j’ai souvent parlé à mes etudiants lors du cours sur la Renaissance ou dans le cadre de mes visites. Mais là, l’avoir sous les yeux…c’est incroyable !

La Fabrica contient l’unique portrait de Vésale réalisé de son vivant, il est attribué à un élève du Titien, Jan Stephan van Calcar (1499-1546 ?).

Vesalius Fabrica portrait.jpg

Cet ouvrage, le plus exact et le plus complet de l’époque, provoqua des débats passionnés, il fut un sujet d’admiration et de scandale, car tout y était En 1555, il en publie une deuxième édition dans laquelle il corrigera légèrement certaines erreurs de Galien, notamment à propos de la circulation sanguine.

Résultat de recherche d'images pour "portrait de vesale"

Vers 1533, Vésale ayant été le condisciple de Guillaume Rondelet dit Rondibili à la faculté de Montpellier; la légende veut que Vésale ait poursuivi ses études de médecine à Montpellier, mais son séjour dans cette ville ne peut être vérifié.

Vous l’aurez compris cet ouvrage est très peu exposé donc profitez-en!

pour la petite histoire, Vésale est condamné à être brûlé vif .

Heureusement, le roi Philippe II vient au secours du médecin. Il échappera au bucher s’il part faire pénitence à Jérusalem. C’est ainsi qu’André Vésale quitte sa maison, sa femme et ses enfants pour un long pèlerinage vers Chypre puis la Terre Sainte. Après une période de repentance, il a l’autorisation de rentrer. Justement, l’Université de Padoue lui propose de reprendre son poste de professeur d’anatomie. De quoi prendre un nouveau départ, loin de Madrid.

Il trouve une place sur un bateau de pèlerins qui doit le ramener en Italie. Seulement le voyage se transforme en cauchemar. Une tempête arrive et l’équipage n’est pas formé pour y faire face. De plus, la nourriture est avariée et l’hygiène à bord est catastrophique. André Vésale se sent mal, il pense avoir attrapé le scorbut comme de nombreux passagers. Le capitaine du navire le débarque alors sur l’île de Zante, au large du Péloponnèse. A bout de force, seul et sans aucun moyen de se soigner, le père de l’anatomie moderne meurt après quelques jours d’agonie. En réalité, il souffrait du typhus. Triste fin pour cette pointure du monde médical!

version en ligne https://memonum-mediatheques.montpellier3m.fr/viewer_pdf/viewer/bibnumerique.html?file=/bibliotheque_numerique/IFD_FICJOINT_TEXTE_IMPRIME_C0769_1_1.pdf

Montpellier : Agnès McLaren, un regard féministe sur les 800 ans de la Faculté de Médecine

https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-agnes-mclaren-regard-feministe-sur-800-ans-faculte-medecine_31757837.html

Pratique : « Agnès McLaren » du 9 au 27 mars dans l’atrium du Campus Arnaud de Villeneuve à Montpellier. du lundi au vendredi de 7h-20h – Entrée libre

« Agnès McLaren » est une exposition qui retrace la vie et le combat de la première femme diplômée de la Faculté de Médecine de Montpellier. On vous dit tout !

l'exposition "Agnes McLaren", présentée du 9 au 27 mars à Montpellier aborde le sujet de l’inégalités entre les hommes et les femmes.

Organisée dans le cadre des 800 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier, l’exposition « Agnès McLaren », présentée du 9 au 27 mars à Montpellier aborde le sujet de l’inégalités entre les hommes et les femmes.

Une rétrospective proposée dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes qui ouvre un grand angle sur la situation des femmes, et plus précisément sur celle des étudiantes en médecine

Engagée tout au long de sa vie dans le combat pour les droits des femmes, Agnès McLaren a été la première femme diplômée de l’université de médecine de Montpellier. Écossaise née en 1837, elle a été, non seulement très en avance sur son temps, mais elle a aussi joué un grand rôle dans la médecine fémini

Plus que quelques jours pour retrouver Soulages en tete à tete à Montpellier!

Collection Soulages

27 NOVEMBRE 2019 – 29 MARS 2020

À l’occasion des cent ans de Pierre Soulages, le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole vous convie, au travers d’un parcours enrichi de nouvelles œuvres, de documents d’archives et de témoignages littéraires, à (re) découvrir sous un nouvel angle, subjectif et intime, le travail de Pierre Soulages, dont les liens privilégiés avec Montpellier remontent à son plus jeune âge. Des commentaires de l’artiste, qui a fréquenté assidûment le musée tout au long de sa carrière et fut marqué par nombre de ses œuvres, viennent ponctuer les salles des collections permanentes du musée.

Inaugurées en 2007, avec la réouverture du musée Fabre après un vaste chantier de rénovation, les salles Soulages, au cœur du parcours consacré à l’art moderne et contemporain du musée, abritent sur 600 m² un ensemble unique constitué grâce aux dons et dépôts de l’artiste. La nouvelle aile du musée, conçue comme un « écrin de lumière » a été spécialement dessinée pour y présenter ses grands formats. Elle offre des conditions idéales pour admirer l’œuvre de l’artiste : certains polyptyques suspendus à l’aide de câbles semblent flotter dans l’espace, tandis que le mur de verre filtre la lumière permettant un dialogue subtil entre la lumière du midi et la surface des Outrenoirs.

Les parcours lumineux du musée Fabre

Certes, l’article date un peu mais il donne une idée de la diversité de ce Grand musée!

https://www.lesechos.fr/2007/02/les-parcours-lumineux-du-musee-fabre-521589

Montpellier est un bon exemple de la façon dont une vieille institution peut retrouver fierté et dynamisme. Georges Frêche, inépuisable entrepreneur et président de la Communauté d’agglomération de Montpellier, laquelle a financé 75 % du coût total de l’opération, estimé à 62 millions d’euros, ne peut que s’en féliciter. Mais au-delà de l’investissement, c’est la stratégie qui compte. La bonne idée est d’avoir su rallier au projet deux artistes contemporains majeurs : Daniel Buren, qui réinvente l’entrée du musée depuis l’esplanade Charles-de-Gaulle, et Pierre Soulages, qui effectue une donation de vingt tableaux, pour lesquels est conçu un espace spécifique. Le pari est aussi de conduire une réhabilitation-extension complète qui apporte souffle et cohérence au musée en lui permettant à la fois d’étendre ses collections et de mieux accueillir le public.

Composé de bâtiments de différentes époques et de cinq cours enchâssées dans la ville, le vieux musée Fabre manquait par trop de lisibilité. Le projet mené conjointement par l’agence Brochet-Lajus-Pueyo de Bordeaux et l’atelier Nebout de Montpellier lui redonne une unité au travers d’un parcours fluide guidé par la lumière et respectueux de l’identité de chacun des bâtiments.
Clef du projet, la position du nouveau hall creusé sous la cour Bazille permet de différencier clairement les parcours. En amont se déploient les espaces en libre accès : la boutique et le centre de documentation ainsi que l’auditorium, le restaurant et l’espace Médiation, organisés autour de la cour Vien. En aval, deux options sont proposées : soit la visite de la collection permanente amorcée à partir d’un vaste atrium sous verrière, soit l’accès direct à la grande salle d’expositions temporaires creusée sous la cour Bourdon, de plain-pied avec le hall.

Résultat de recherche d'images pour "bourdon musée fabre"

La collection permanente s’organise ainsi au fil des bâtiments existants, depuis l’hôtel de Massilian, enclave historique du musée fortement remaniée au XIXe siècle, jusqu’à l’ancien collège de jésuites datant du XVIIe siècle. Tout au long de cette boucle historique, le travail des architectes a consisté à restituer les volumes et les ambiances d’origine, en particulier dans la suite magistrale de la salle du Jeu de paume, la salle des Griffons et la salle des Colonnes, mais aussi dans les anciens appartements des Fabre, reconquis pour l’occasion. Au-delà de la restitution, la gageure a été de mettre en place les chaînons manquants pour fédérer le parcours, par exemple avec la création de trois nouvelles salles dans l’ancienne bibliothèque. Respectueuse du bâti, l’intervention l’est tout autant des oeuvres avec un parti pris de discrétion dans les prescriptions, optant notamment pour une résine gris mat au sol et des parois ton sur ton. « Nous avons choisi de faire disparaître les murs avec une dématérialisation sol-paroi-plafond, tous du même ton gris clair. Les oeuvres apparaissent accrochées de la manière la plus élégante, comme en lévitation. L’espace est révélé par la lumière, vrai fil conducteur du musée », commente Emmanuel Nebout.
Un cocon de verre et de béton
L’objectif est d’obtenir des ambiances continues, avec une diffusion égale de la lumière naturelle et de la lumière artificielle. Selon les configurations des salles, plusieurs dispositifs ont été mis en oeuvre : plaques de verre diffusantes, puits de lumière, rails suspendus… Parmi les plus réussies, la salle Courbet campe sous un immense puits de lumière qui fait quasiment disparaître le plafond : « Une sorte d’abat-jour hypertrophié permet une diffusion le plus naturelle possible », note Emmanuel Nebout.
Au fur et à mesure, tous les bâtiments sont mis en relation. Les différentes séquences sont reliées entre elles par des passages bien identifiés, entièrement habillés de bois sombre de wengué, qui accueillent les circulations verticales, les aires de détente ou les espaces multimédias. « Ces scansions apportent des repères à petite échelle dans le dispositif. Elles sont conçues à l’image de mobilier tels des seuils ou des coins en bois », fait valoir Olivier Brochet.

Résultat de recherche d'images pour "bourdon musée fabre"

La collection trouve ses aises dans les nouveaux espaces, avec des surfaces d’exposition plus que doublées. Point d’orgue du parcours, l’aile contemporaine, dédiée aux oeuvres de Soulages, se dresse au fond de la cour Bourdon, sous laquelle est logée la salle d’exposition temporaire. L’équerre bâtie ainsi constituée en regard du pignon de l’église Notre-Dame-des-Tables se distingue par son traitement contemporain radical, entre minimalisme et abstraction. Le sol de la cour est composé de bandes alternées de marbre de Carrare et de lés de verre qui dessinent un parterre parfaitement réglé. La paroi du bâtiment créé prend la forme d’un mur de lumière. « Nous avons travaillé le thème de la lumière jusqu’à faire disparaître le mur », explique Emmanuel Nebout.
Laiteuse de jour et irradiante la nuit, la présence magique de cette cimaise grandeur nature est en réalité due à une double paroi de verre assujettie à une charpente métallique parcourue de tubes fluorescents. A l’extérieur, des plaques de différentes dimensions en verre « bullé » créent un grand motif en relief. A l’intérieur, des panneaux réglés en verre extraclair procurent un effet de calque aux nuances changeantes. Pierre Soulages, qui avoue avoir eu quelques doutes au départ, a laissé faire les architectes et s’estime aujourd’hui très satisfait. Ses grands tableaux noirs suspendus au plafond trouvent leur place exacte dans ce cocon de verre et de béton calibré sur mesure. Tenu de A à Z dans ses parties historiques comme dans son extension contemporaine, le musée Fabre met ainsi l’architecture en sourdine pour prendre le parti des oeuvres.

FLORENCE ACCORSI

Qui était Sébastien Bourdon?

Né à Montpellier en 1616, formé à Rome et à Paris, peintre de cour de la reine Christine de Suède, Sébastien Bourdon compte parmi les personnalités les plus brillantes du XVIIe siècle français.

Sébastien Bourdon

Résumé de l’oeuvre picturale de Bourdon lors de sa retrospective au Musée Fabre en 2000.

La diversité d’inspiration de Bourdon révèle une exceptionnelle sensibilité, capable de s’attacher à des pensées diverses, sinon contradictoires, et d’en dégager la richesse intrinsèque. Sa science des volumes donne à ses compositions solidité et équilibre, alors que le dosage des couleurs fondamentales confère à ses œuvres un éclat incomparable. Il excelle dans tous les genres : bambochades et paysages appréciés de tout temps ; grands tableaux d’autel, baroques et sensuels ; tableaux d’Histoire où il se montre de plus en plus sensible au classicisme noble et méditatif de Poussin ; portraits élégants et raffinés à la manière de Van Dyck… Les plus grandes institutions ont accepté de consentir des prêts exceptionnels dont la National Gallery of Art de Washington D.C, avec le célèbre Moïse sauvé des eaux, l’extraordinaire Paysage au moulin de Providence, le Louvre avec plusieurs prêts exceptionnels dont La Présentation  au temple, de très nombreux musées de région en France (Lille, Lyon, Brest …), le Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg avec la Mort  de Didon ; le Prado à Madrid à qui l’on doit plusieurs prêts dont La Reine Christine  à cheval, œuvre mythique de l’artiste. Environ soixante-quinze tableaux, présentés chronologiquement, cinquante dessins et gravures, couvrent l’ensemble de la carrière de Bourdon et permettent de découvrir tous les aspects de son art, d’apprécier son classicisme élégant ainsi que l’extraordinaire richesse de sa palette colorée.

Maguelone et sa cathédrale romane fortifiée

Maguelone, c’est d’abord un site exceptionnel! Visionnez la video ci dessous et vous le constaterez!

https://youtu.be/hFr_1-y9HgA

La Presqu’île de Maguelone est un site exceptionnel riche d’une cathédrale millénaire et d’un domaine viticole bio et solidaire.

Ensuite, c’est un patrimoine médiéval intéressant :

Située à quelques minutes de Montpellier, entre les vignes, l’étang et la mer, visitez la Cathédrale de Maguelone et découvrez l’incroyable destin de ce site d’exception en Languedoc, qui fut un temps le refuge des papes de Rome.

Flânez dans le parc à la rencontre des paons. Dégustez les vins bio et les huîtres du domaine assis en terrasse face aux vignes et à la mer.

Depuis 50 ans l’association Les Compagnons de Maguelone valorise le Domaine de Maguelone et sa Cathédrale au travers d’un ESAT (Établissement de Service et d’Aide par le Travail): un projet social et patrimonial pour aider des personnes en situation de handicap à s’insérer dans le monde professionnel.

Cathédrale Saint Pierre à Montpellier

Devenue Cathédrale en 1536 lorsque l’archevêché de Maguelone a été transféré à Montpellier, Saint-Pierre était à l’origine la chapelle du monastère bénédictin de Saint-Benoît.

A voir absolument : le porche, un imposant baldaquin soutenu par d’énormes piles circulaires de 4,55 m de diamètre qui portaient autrefois les armoiries d’Urbain V, étudiant et enseignant à Montpellier, puis nommé évêque avant d’être élu pape en Avignon (1362).

Exemple représentatif du gothique méridional, c’est la seule église médiévale de l’Ecusson ayant survécu aux guerres de religions.

A l’intérieur, une œuvre majeure de Sébastien Bourdon (voir le détail sur une autre page) vous entraîne dans la vie artistique montpelliéraine du XVIIe siècle.

Tableau de Bourdon dans la Cathédrale de Montpellier

Résultat de recherche d'images pour "chute simon le magicien bourdon"

Après le retour de la ville sous l’autorité royale, le chapitre de Saint-Pierre passa commande d’un grand tableau d’autel au peintre Sébastien Bourdon (1616-1671), protestant converti, issu d’une famille d’artisans de Montpellier. Peintre renommé, membre de l’Académie royale de peinture, Bourdon prit  pour thème – à moins qu’il lui ait été imposé – un épisode des Actes des Apôtres (VIII, 9-24) rarement illustré par les peintres : la chute de Simon le magicien. Fameux parmi les Samaritains pour ses sortilèges, Simon, comme beaucoup d’entre eux, s’était fait baptiser. Lors de la venue de l’apôtre Pierre en Samarie, il voulut recevoir l’Esprit Saint en échange d’argent dans l’espoir de pouvoir, lui aussi, faire des miracles. Pierre refusa et le maudit pour avoir voulu acheter « le don gratuit de Dieu ». Le Concile de Trente avait condamné sévèrement le commerce des valeurs spirituelles et à Montpellier, au lendemain des violences religieuses, le thème choisi par Bourdon symbolisait clairement la victoire de la papauté sur l’hérésie, mais aussi la condamnation des pratiques qui l’avaient suscitée. Dans une composition novatrice et très virtuose, qui ordonne la scène en strates de plus en plus larges, Bourdon s’est représenté lui-même parmi une trentaine de témoins de la punition de Simon, qui, sous les yeux de l’empereur Néron, échoue à s’élever au ciel, comme l’avait fait Jésus. Malgré le scandale qu’il provoqua, le  tableau demeura longtemps au-dessus du maître-autel, jusqu’à ce que la transformation du chœur impose son déplacement.  C’est dans le transept droit qu’on peut aujourd’hui l’admirer, privé malheureusement de son spectaculaire cadre doré.

Sébastien Bourdon (1616–1671), peintre montpelliérain

1658 Huile sur toile 6,50 x 4,70 m

Prendre un peu de hauteur et savourer du vin (avec moderation!)

Souvenirs, souvenirs….

Découverte guidée de Montpellier avec un accès privilègié au sommet de l’arc de triomphe et recompense dégustation de vins et un panorama à 360°.
Demandez moi le programme

les 800 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier : ca se fete!

« En 2020, notre Faculté soufflera sa 800e bougie ! Pour fêter ce 8e centenaire, nous avons préparé un programme rassemblant plus de 34 évènements tout au long de l’année. Événements dédiés aux communautés médicale, scientifique, universitaire locales, nationales et internationales, mais aussi au grand public montpelliérain ». 

Un peu d’histoire…

Née le 17 août 1220, notre Faculté, anciennement “Université de Médecine – Universitas Medicorum ” est fondée à Montpellier après que le cardinal Conrad d’Urach, légat apostolique du Pape Honorius III lui concède ses premiers statuts. Ces-derniers permettent ainsi aux différentes écoles médicales montpelliéraines de se rassembler en une seule et même communauté. Ceci facilitera les échanges entre les différentes cultures médicales, juives, arabes et chrétiennes qui cohabitent à Montpellier, alors au carrefour des civilisations orientales et occidentales.

L’université médicale se développe ensuite durant 8 siècles sur la base d’un esprit universitaire unique : l’humanisme, hérité des préceptes d’Hippocrate.

Conférence de Presse 800ans

« Hippocrate a voulu une médecine qui dialogue avec les sciences, la philosophie, les religions, le climat et l’environnement, autrement dit une médecine qui soit une science de l’homme. Cette pérennisation, ici, est une particularité de la Faculté de Montpellier. » – Pr Thierry Lavabre-Bertrand, Vice-Doyen

Pour la visite, merci de me contacter!

Faculté de Médecine de Montpellier 1/1

Ce mercredi 11 septembre 2019, retrouvez en soirée sur France 3 un reportage de l’émission “Des Racines et des Ailes” sur le département de l’Hérault ! Vous y retrouverez entre autre la Faculté de Médecine, haut lieu d’enseignement des sciences médicales depuis près de 800 ans…Retrouvez ci-dessous la bande-annonce de l’émission.

https://youtu.be/91SvbiQA6Ro

Dans le cadre de sa collection “Passion Patrimoine”, l’émission des Racines et des Ailes part à la découverte de l’Hérault. Entre terres du Salagou, le nord du département avec le Pic-Saint-Loup, ou encore le Cirque de Mourèze, le reportage s’intéressera à tous les aspects de notre département, notamment la ville de Montpellier, dont l’histoire est intimement liée à l’enseignement de la médecine.

L’occasion de faire un focus sur les différents sites d’exceptions liés à l’histoire de la médecine qu’abrite Montpellier, notamment notre Faculté !

 

Pourquoi venir visiter Montpellier ?

Aujourd’hui  je vous livre mon TOP 5 des raisons pour venir découvrir Montpellier….Le New York Times avait retenu Montpellier parmi les 45 sites du monde à visiter en 2012. depuis son attractivité est toujours d’actualité !

TOP 1 : L’art de vivre typiquement méditerranéen :

Située à une dizaine de km de la mer, Montpellier avec 300 jours d’ensoleillement par an (bon, oui en ce moment c’est pas tout à fait ca !) cette ville invite à la flânerie, aux balades en vélo le long du Lez , à siroter un verre aux terrasses (nombreuses) du centre historique l’Ecusson…un charme indéniable.

Profitez-en aussi pour découvrir l’arrière-pays, entre garrigue et plaines viticoles.

 

 

 

 

 

TOP 2 :  Le patrimoine :

Très longtemps éclipsée par ses voisines au passé antique, Montpellier recèle un patrimoine riche : hôtels particuliers classiques, quartiers contemporains, dédale de ruelles médiévales…J’en suis certaine, vous allez être surpris !

TOP 3 : Une ville intellectuelle depuis le Moyen Age…le saviez-vous : Montpellier abrite la plus ancienne école de médecine d’Europe toujours en activité fondée en 1220 et le plus ancien Jardin des Plantes de France  (création royale en 1593)

TOP 4 : Une vie culturelle riche et diversifiée : Danse contemporaine, Comédie du Livre, Festival Radio France, Fise…vous trouverez votre bonheur dans les nombreuses manifestations organisées par la ville ; certaines à prix réduit, alors profitons-en !

TOP 5 : Son Musée Fabre est l’un des plus importants musées du sud de la France. Entièrement Rénové, il présente une collection de peintures  du Moyen Age jusqu’à Pierre Soulages en passant par les très belles collections flamandes et hollandaises (mes préférées !)

Alors vous êtes conquis ?