petite histoire du savon de Marseille

LA NAISSANCE DU SAVON DE MARSEILLE

L’histoire du savon de Marseille, de la ville de Marseille et de la savonnerie Fer à Cheval sont étroitement liées et ont évolué ensemble.

Les origines du savon remonte aux égyptiens. Ils décrivaient des recettes de savon sur leurs fameux papyrus. En Europe, les Gaulois étaient apparemment les premiers à fabriquer intentionnellement du savon partant du suif de chèvre et de la potasse de cendres de hêtre. Mais le concept du savon était déjà présent 2000 ans av.JC sur des tablettes d’argile écrites en Sumérien qui mentionnaient l’utilisation d’une sorte de « pâte de savon » pour préparer la laine avant teinture en Mésopotamie.

Les premiers savons remontent certainement aux égyptiens et l’invention du savon dur est attribuée aux gaulois. Cependant c’est dans le bassin méditerranéen que va très rapidement se développer la fabrication du savon. En effet, la Syrie voit naître le fameux savon d’Alep composé d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier, de sel, de soude et d’eau. Lors des croisades, le savon d’Alep, l’ancêtre du savon de Marseille, arrive sur les côtes marseillaises : le savon de Marseille est né.

EDIT DE COLBERT DE 1688

C’est à partir du XIIème siècle que les premières savonneries apparaissent tout d’abord sur Toulon puis sur Marseille. Au XVIe et XVIIe siècle, l’industrie se développe et s’organise grâce notamment à l’Edit de Colbert qui en 1688, réglemente la fabrication du savon de Marseille et protège les savonneries Marseillaises au détriment des Toulonnaises. L’édit de Colbert portait également sur les matières premières à utiliser. Il met en avant les matières premières locales : l’huile d’olive pure provenant de Provence ainsi que le sel et la soude directement acheminés de Camargue. Colbert interdit formellement l’utilisation de suif (graisse animale).

En effet, l’utilisation du suif compromet la qualité du savon et abîme le linge. Or le savon de Marseille était essentiellement utilisé par les blanchisseuses et lavandières de métier pour la blanchisserie.

Avec les premières colonies, et la rareté préoccupante de l’huile d’olive, les savonneries se tournent vers le commerce d’autres huiles et notamment l’huile de palme et l’huile de coco. Ces huiles produisent un savon de Marseille de couleur blanche ou beige.  Ce savon, de meilleure qualité, permet le lavage d’étoffes fragiles.

L’ÂGE D’OR DU SAVON DE MARSEILLE

Puis vient l’âge d’or du Savon de Marseille.

Du milieu du 19ème siècle jusqu’à la seconde guerre mondiale, les savonneries marseillaises se multiplient. Il existe plus d’une centaine de savonnerie à Marseille. Elles sont puissantes et souvent détenues par de grandes familles marseillaises. Environ 30% de la population travaillait directement ou indirectement grâce à cette industrie. Le savon de Marseille, reconnu à l’international pour son efficacité, est exporté dans le monde entier et notamment vers nos colonies.

C’est en 1906 qu’est définie la mention « Extra pur 72% d’huiles » qui servait de gage de qualité. En effet, ce pourcentage était nécessaire pour éviter les fraudes où la proportion de l’eau pouvait atteindre 50% du savon. Avec un tel niveau d’eau, le savon perdait la moitié de son poids en quelques utilisations.

C’est durant cette période, en 1850, que s’installe dans la campagne marseillaise, une fabrique de bougie. Vers 1856 une partie de l’activité est transformée en savonnerie et l’autre en traitement des glycérines : c’est le début de l’histoire de la savonnerie Fer à Cheval.

LE DÉCLIN DU SAVON DE MARSEILLE

Après la seconde guerre mondiale, la démocratisation de la machine à laver et l’arrivée des poudres à laver va sonner le déclin du savon de Marseille. Les grandes savonneries rachètent les plus petites, puis se font racheter à leurs tours par de grands groupes internationaux. La savonnerie se diversifie dès les années 1930 en fabriquant des poudres de savon (ancêtre des poudres à laver). Grâce à cette activité, elle va réussir à passer ce cap. Jusqu’en 1986, la savonnerie Fer à Cheval fabriquait même la poudre à laver Le Chat.

LA RENAISSANCE DU SAVON DE MARSEILLE

Aujourd’hui, les consommateurs se recentrent sur les produits dits naturels avec peu d’ingrédients ainsi que des ingrédients d’origine naturels. Il est vrai que le savon de Marseille s’inscrit pleinement dans les nouvelles tendances de consommation comme le zéro déchet où l’on s’intéresse à consommer mieux et consommer moins.

A ce jour la savonnerie Fer à Cheval est le plus gros producteur de Savon de Marseille de la région.

La savonnerie s’engage dans la défense du véritable savon de Marseille et du savoir-faire lié au savon de Marseille. Nous avons obtenu le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant), mais aussi OFG (Origine France Garantie). Nous sommes également cofondateur de l’UPSM (Union Professionnelle du Savon de Marseille). Nous avons d’ailleurs déposé à l’INPI et auprès du gouvernement une demande d’IGP (Identité Géographique Protégée) pour protéger le véritable Savon de Marseille.

Alors, ça vous tente d’aller découvrir ce patrimoine?

merci à la savonnerie du fer à cheval à Marseille https://www.savon-de-marseille.com/fr/content/20-histoire-savon-de-marseille

https://youtu.be/yQd2jpZB29U

le moulin d’Alphonse

 

Ecrivain, Auteur dramatique, Poète et Romancier. Il est né a Nîmes le13 mai 1840 et mort à  Paris 16 décembre 1897 (57 ans). Son nom et son oeuvre sont indissociables de la Provence! 

Aujourd’hui arretons nous au célèbre moulin à Fontvieille

Le moulin Saint-Pierre (ou Moulin Ribet), dit moulin de Daudet, a été construit en 1814, c’ est le moulin à vent le plus connu de Fontvieille. Contrairement à la légende locale, Daudet ne l’a jamais habité, c’est au château de Montauban chez les Ambroy qu’il réside, mais ce moulin l’aurait inspiré pour écrire « Le secret de Maître Cornille », l’une des nouvelles du recueil Les Lettres de mon moulin publié en 1869.

«Tout autour du village, les collines étaient couvertes de moulins à vent. De droite et de gauche, on ne voyait que des ailes qui viraient au mistral par-dessus les pins.»
Si Alphonse Daudet quitta son Paris «sale et noir» pour les marches du perron
du moulin de Fontvieille, c’est que la vue devait en valoir la peine. Le Sud
et son mistral ont un jour compté des moulins par centaines. Aujourd’hui, peu
d’entre eux ont encore l’allure de s’appeler «moulin » et encore moins d’entre eux sont actifs. Celui de Fontvieille, le moulin des «Lettres de mon moulin» est ouvert à la visite.

En 1915. c’est la fin de l’activité du moulin, l’un des derniers à avoir cessé de tourner.

Alphonse Daudet n’ y a jamais habité mais il l’a décrit :

« Une ruine ce moulin ; un débris croulant de pierres et de vieilles planches, qu’on n’avait pas mis au vent depuis des années et qui gisait, inutile comme un poète, alors que tout autour sur la côte la meunerie prospérait et virait à toutes ailes ».

« Toute mon œuvre est là » confie Alphonse Daudet à l’un de ses amis à propos de la Provence.

Portrait de Mme Daudet par Renoir

à lire Sur les pas de Alphonse DaudetClaude Karkel. Editions Campanile.

https://www.h8-collection.com/h8-journal/Echappee.Vol.02.pdf

un p’tit air de printemps!

Vous le sentez ? Mais oui, ce petit air de printemps qui commence à pointer le bout de son nez ! Il est partout : dans les champs avec les amandiers en fleurs, dans les collines avec les asperges sauvages qui n’attendent qu’une bonne omelette pour diffuser toutes leurs saveurs et dans les villes avec le retour des hirondelles ? Bref, il est grand temps de prendre l’air.

Demandez nous le programme!

 

En février, on pense déjà à l’été!

Un petit tete à tete avec les cigales, ca vous dit?

Au même titre que le mimosa, la lavande ou les cyprès, les cigales sont de véritables symboles de la Provence; son chant nous ravit et il est synonyme de chaleur. Cet insecte, dans l’Antiquité, symbolisait le poète dans toute son insouciance (« Je suis l’insecte aimé du poète et des dieux », écrira bien plus tard Jean Aicard, dans « Poèmes de la Provence »).

De fin juin à mi-septembre, son chant célèbre l’été, la chaleur, la douceur de vivre et le bien-être des hommes. Et, sa présence, en a fait le porte-bonheur de la maison.

Rappelons nous les vers de la fable de Jean de la Fontaine  »

«Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise. »

Nous nous aimerions que les cigales chantent toute l’année! Vivement l’été!

Si La Fontaine la tenait pour une paresseuse, les méditerranéens, eux, la considèrent comme une déesse !

Minuscule est une série d’animation 3D dans des décors naturels ainsi qu’un film tourné dans les parcs des Écrins et du Mercantour. www.minuscule.tv

Noel en PROVENCE

joyeux-noel

Que faites vous cette année pour le 24 décembre?

Je vous propose de passer l’apres midi à la découverte des Baux de Provence et de Saint Rémy de Provence en attendant sagement 23h30.

En effet, depuis plus de 4 siècles, la messe de minuit est célébrée dans l’eglise Saint Vincent selon un rite immuable que je vous invite à venir découvrir. Les habitants des Baux animent la creche vivante mais surtout ce qui vaut le coup d’oeil c’est cette tradition provencale du « pastrage »: le cortège des bergers vient offrir l’agneau dernier-né, le tout au son des tambourins et galoubets. L’agneau est couché sur de la paille dans une petite charette toute illuminée de chandelles multicolores. Puis chacun se retrouve à l’exterieur de l’église pour quelques chants provençaux.

Cette année, à Noel, vous allez vous en mettre plein les yeux!

Et pour faire le lien avec Noel et les Mages, ci -dessous quelques courts extraits de Calendal de F.Mistral qui met à l’hooneur les Seigneurs de Baux et leur celèbre lignée.

Li Prince di Baus, de Frédéric Mistral (courts extraits tirés de « Calendal »)
« […], tu dois, sur la porte du château, avoir vu l’Astre qui est gravé…[…] 

Ce sont les armes traditionnelles des princes des Baux, 
la première, par son antique nom comme par sa splendeur, des grandes familles de Provence :
race d’aiglons, jamais vassale qui, de la pointe de ses ailes,
effleura la crête de toutes les hauteurs.

Selon leur dire et leur croyance, 
ils comptaient parmi leurs aïeux le mage Balthazar, 
duquel un descendant était venu d’Ethiopie planter bourdon sur les Alpilles 
et semer dans leurs flancs pierreux les herbes aromatiques et le sang ardent.

De là venait la Belle-Étoile irradiée en seize rais dans leur blason ; […] 
de là leur cri de guerre : Au hasard, Balthazar ! »

 

 

 

Vous faites quoi le 1er mai? Venez rencontrer une Reine!

Envie de vivre une expérience unique ce 1er mai? Alors, rendez vous en Arles.

fete gardians

Tous les 1er mai, tous les gardians de Camargue ont rendez-vous à Arles C’est la tradition,  les Gardians défilent en ville. À 9h30 sur la place du Forum, ils saluent la statue de Frédéric Mistral, puis rejoignent l’église de la Major où ils rendent hommage à leur patron Saint-Georges et se rassemblent enfin sur la place de la Mairie à midi pour la remise des pains bénits. Le spectacle organisé l’après-midi aux arènes rassemble chaque année un large public conquis par l’élégance, la dextérité et la fierté de ces cavaliers.

3499622789_a4fb83037b112_gardians_horizontales__1__m102-fete-des-gardians-2-500x332

Profitons de cette belle fête qui n’est pas que folklorique, mais avant tout identitaire, pour re-découvrir le patrimoine arlésien et ses traditions populaires…..La matinée est aussi le rendez vous idéal  pour découvrir la Reine d’Arles, tradition née en 1930, en souvenir de Mistral et de son cercle littéraire, le Félibrige

1004179-Frédéric_Mistral

D’ailleurs, le talentueux CHRISTIAN LACROIX, enfant du pays précise que ces Reines sont pour lui une éternelle source d’inspiration!exposAffiche_472_P7LI Le costume fait partie du mythe de l’arlésienne. Dans la littérature comme dans la peinture, le costume d’arlésienne a toujours été reconnu pour son charme.

IMG_0120.cedbfb147118e84272fed22a8b38bedd82

En attendant la réouverture du Musée Arlaten (2018), véritable institution en hommage aux traditions provençales, régalons-nous de ce spectacle en plein-air pour notre plus grande joie!

costume8costume2costume4costume3