Arles et la Camargue (Bouches-du-Rhône)

Arles et la Camargue (Bouches-du-Rhône)

Arles et la Camargue (Bouches-du-Rhône)
© Boris Stroujko – Adobe Stock

Comme Nîmes sa voisine, Arles a préservé ses arènes romaines. De plus, cette ville possède de vieux quartiers où l’on prend grand plaisir à flâner. Elle est traversée par le Rhône, fleuve qui forme au sud un delta bien connu sous le nom de Camargue. Cette vaste zone humide qui tutoie la Méditerranée donne à découvrir des paysages variés : marais salants, rizières, prairies, étangs, plages…

Avignon et le Palais des Papes (Vaucluse)

Avignon et le Palais des Papes (Vaucluse)

Avignon et le Palais des Papes (Vaucluse)
© samott – Adobe Stock

La ville ancienne d’Avignon possède toujours ses remparts. En son cœur s’élève le Palais des papes, à la fois demeure et forteresse qui fut le centre de la chrétienté au cours du 14e siècle. Cette imposante construction gothique est à deux pas du Rhône, qu’enjambe à moitié le pont Saint-Bénézet (12e siècle), rendu célèbre par la chanson « Sur le pont d’Avignon ».

Collioure et la côte Vermeille (Pyrénées-Orientales)

Collioure et la côte Vermeille (Pyrénées-Orientales)

Collioure et la côte Vermeille (Pyrénées-Orientales)
© PHB.cz – Adobe Stock

Charmant petit port niché dans une crique, Collioure est le point de jonction entre les montagnes des Pyrénées et la mer Méditerranée. Un château et plusieurs forts rappellent son passé de ville stratégique, située près de la frontière espagnole. C’est l’une des perles de la côte Vermeille, portion de littoral aux décors rocheux et sauvages qui file jusqu’à Portbou via Port-VendresBanyuls et Cerbère.

Carcassonne (Aude)

Carcassonne (Aude)

Carcassonne (Aude)
© Iuliia Sokolovska – Adobe Stock

Ses remparts sont hérissés de 52 tours : la vue sur la cité médiévale de Carcassonne est phénoménale. À l’intérieur, on se promène dans des rues chargées d’histoire : château comtal, basilique Saint-Nazaire… En face, sur l’autre rive de l’Aude, on flâne dans la bastide Saint-Louis, laquelle est riche en hôtels particuliers de diverses époques.

Peyrepertuse et les châteaux cathares (Aude)

Peyrepertuse et les châteaux cathares (Aude)

Peyrepertuse et les châteaux cathares (Aude)
© bjul – Fotolia

Les vestiges du château de Peyrepertuse rappellent la guerre qui, au 13e siècle, fut menée contre les Albigeois ou cathares, qualifiés d’hérétiques par l’Église. Implanté au sommet d’une falaise, il fut l’une des places fortes de ces derniers. On y a une très belle vue sur les environs. Une trentaine d’autres « châteaux cathares » sont à découvrir dans la région, dont celui de Montségur en Ariège.

Le canal du Midi (Haute-Garonne, Aude, Hérault)

Le canal du Midi (Haute-Garonne, Aude, Hérault)

Le canal du Midi (Haute-Garonne, Aude, Hérault)
© thieury – Adobe Stock

Le canal du Midi traverse le sud de la France, de la Garonne à la mer Méditerranée, à Sète qui fête son 350e anniversaire ette année comme le canal. Cette voie navigable a été conçue sous Louis XIV, comme en témoignent des ouvrages d’art, écluses et ponts de cette époque. Quand elles sont bordées d’arbres, notamment des platanes, les rives de ce canal donnent l’occasion de faire de très belles balades.

Saint-Guilhem-le-Désert et les gorges de l’Hérault (Hérault)

Saint-Guilhem-le-Désert et les gorges de l’Hérault (Hérault)

Saint-Guilhem-le-Désert et les gorges de l’Hérault (Hérault)
© M. Bavoillot – Hérault Tourisme

C’est à un voyage dans le temps qu’invite Saint-Guilhem-le-Désert, magnifique village ancien situé au pied de hautes falaises. Il se trouve dans les gorges de l’Hérault, lesquelles donnent à voir de formidables paysages : vignes, oliveraies, châteaux, mégalithes…

Nîmes et le Pont du Gard (Gard)

Nîmes et le Pont du Gard (Gard)

Nîmes et le Pont du Gard (Gard)
© Ferenc – Adobe Stock

La présence romaine a laissé des traces remarquables à Nîmes : des arènes, un temple nommé Maison Carrée, un vestige de remparts appelé tour Magne… Non loin de la ville, on est saisi par la vue qu’offre le Pont du Gard, qui enjambe la rivière Gardon et est environné de garrigue et de bois de chênes verts. Cet aqueduc, comme nombre d’autres sites antiques de la région, est très bien conservé.

Le viaduc de Millau (Aveyron)

Le viaduc de Millau (Aveyron)

Le viaduc de Millau (Aveyron)
© Lukas – Adobe Stock

Le viaduc de Millau enjambe le Tarn à 343 m d’altitude ! Depuis 2004, l’autoroute A75 y fait passer du causse Rouge au causse du Larzac sur une distance de 2,5 km. Ses haubans aux allures de voiles de bateau donnent une impression de légèreté à cet ouvrage conçu par Michel Virlogeux et Norman Foster.

Les 30 plus beaux endroits à visiter en France

avatar

Les 3 choses incontournables à faire à Avignon

Visiter Avignon : quelles sont les meilleures choses à faire et voir lors d’un séjour dans la Cité des Papes ?

Avignon est une ville du sud de la France située au confluent du Rhône et de la Durance. C’est la plus grande ville et la préfecture du département du Vaucluse. Sa situation privilégiée aux portes de la Provence et son climat méditerranéen ne sont pas ses seuls attraits. En effet, elle possède un riche patrimoine historique qui lui a permis d’être classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1995. Surnommée la “Cité des Papes”, en raison de la présence des représentants de l’Eglise de 1309 à 1423, elle offre à ses visiteurs de nombreux témoignages du passé mais aussi une richesse culturelle, à travers notamment le Festival d’Avignon.

Alors que faire à Avignon ? Que ce soit le temps d’un weekend ou pour quelques jours, suivez le guide pour visiter Avignon sans rien manquer de ses incontournables !

1. Découvrir le Palais des Papes

Lieu emblématique par excellence de la ville, le Palais des Papes est un lieu incontournable à découvrir lors d’une visite d’Avignon !

Édifiée en 1315, la Résidence pontificale, à la fois forteresse et Palais, fut pendant le 14ème siècle, le siège de la chrétienté d’Occident. Six conclaves se sont tenus dans le Palais d’Avignon. Ils aboutirent à l’élection de 6 papes dont Benoit 12 en 1335.

Le Palais des Papes est la plus grande des constructions gothiques du Moyen-Age. Il est classé depuis 1995, au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Plus de 650 000 visiteurs se pressent chaque année pour découvrir cet édifice, faisant ainsi partie des 10 monuments les plus visités en France. Vous pourrez y découvrir plus de 20 espaces différents, dont les appartements privés du Pape, décorés de fresques de l’artiste italien Matteo Giovanetti. Cerise sur le gâteau, les terrasses et remparts offrent des vues exceptionnelles sur la ville.

2. Danser sur le Pont d’Avignon

Le Pont Saint Bénezet, plus connu sous le nom de “Pont d’Avignon” à travers une célèbre chanson, fait lui aussi partie des choses à faire à Avignon. La petite histoire remonte au 19ème siècle, lorsque les Avignonnais avaient pour habitude de se rendre dans des guinguettes au bord du Rhône et formaient alors de joyeuses rondes sous le pont.

Édifié de 1177 à 1185, par un berger ardéchois nommé Bénezet, il ne reste aujourd’hui que 4 arches sur les 22 d’origine. En effet, après de nombreuses reconstructions suite aux guerres et aux inondations, les caprices du Rhône eurent finalement raison de l’édifice en 1669. Il est de nos jours classé Patrimoine Mondial de l’Unesco et quelques 400 000 visiteurs viennent y “danser” chaque année. Il se visite à pied et offre un magnifique panorama sur le Palais des Papes.

3. Visiter un des nombreux musées d’Avignon

Il n’y a pas que le Palais des papes à visiter à Avignon ! La ville possède en effet plusieurs musées de grand intérêt qui raviront les goûts et envies de chacun.

Le Musée Calvet, principal musée de la ville, se situe au sein d’un hôtel particulier du 18ème siècle. Il réunit de nombreuses collections de peintures, sculptures, dessins, arts décoratifs et ethnologie d’Asie, Océanie et Afrique.

Le Musée du Petit Palais, se trouve lui, au bout de la Place du Palais des Papes. Il propose une belle collection de primitifs italiens avec 325 peintures de plus de 130 artistes. Vous trouverez notamment la Vierge à l’enfant de Botticelli ou l’Ange de l’Annonciation de San di Pietro.

La Collection Lambert présente des expositions temporaires d’art contemporain. La galerie porte le nom du collectionneur et se situe dans une riche demeure du 18ème siècle (Hôtel Caumont).

https://generationvoyage.fr/visiter-avignon-faire-voir/

Allons nous oxygéner à Sète

avatar

Anciennement nommée « Cette » jusqu’en 1927, Sète est la troisième plus grande agglomération de l’Hérault derrière Béziers et Montpellier. Une ambiance de petite cité portuaire et une invitation à la poésie s’exhalent des rues de cette commune de 43 620 habitants, à la fois villégiature prisée entre mer, étangs et canaux, et ville populaire à l’âme maritime. On l’appelle également la « Venise du Languedoc » en raison de ses canaux et de son port de pêche. Paul Valéry – qui l’appelait « l’île singulière » -, Georges Brassens, Manitas de Plata et Jean Vilar y sont nés, donnant à Sète une intemporelle âme d’artiste. Sète est enclavée entre la mer Méditerranée, l’étang de Thau, et est célèbre pour la qualité de ses fruits de mer. Plus grand port de pêche de la mer Méditerranée française, Sète s’étire d’ouest en est entre plages de sable fin, de petits quartiers populaires, le port pittoresque et le Mont Saint-Clair.

1. Visiter le centre-ville

Visiter centre ville de SèteLa ville de Sète fut fondée en 1666 par Louis XIV pour offrir un débouché maritime au canal du Midi : ainsi naquirent le port de Sète et les joutes nautiques. Quiconque vient visiter Sète se trouve charmé par l’atmosphère de la ville, entre les canaux, les petites placettes et les ruelles du centre-ville. En arrivant dans la ville, on profitera du canal royal, des quais Charles Lemaresquier, ou de la Promenade Jean-Baptise Mary, où l’on peut d’ailleurs manger dans des restaurants de fruits de mer en humant les effluves du port et de la criée. Au menu, tielles, macaronade, bourride de baudroie, rouille de seiche, moules et encornets farcis, soupe de poisson, daurade royale, coquillages de l’étang de Thau, zezettes, frescati… Une balade le long du Quai du Mistral à la Pointe Courte vaut le détour.

2. Monter au Mont Saint-Clair

Visiter Mont Saint-Clair, SètePourquoi ne pas visiter Sète en prenant de la hauteur ? Le belvédère du Mont Saint Clair offre un panorama splendide sur la mer, l’étang de Thau et sur la ville quadrillée par ses canaux. Une petite randonnée urbaine – facile, mais cela monte bien quand-même – permet de monter à 175 mètres d’altitude. Il s’agit en fait d’une ancienne île méditerranéenne, avant que ne soit formé le cordon de terre la reliant à ce qui est aujourd’hui la commune de Marseillan. Une forte densité de zones boisées se trouve à l’ouest de l’îlot, dont la forêt domaniale de Sète. A l’est, on trouve le cimetière marin – où sont inhumés Paul Valéry et Jean Vilar – et le phare de Sète. En redescendant, au sud, on ne manquera pas de faire le musée Paul Valéry et le musée de la mer. En redescendant par l’ouest, se dévoilent la plage de la Corniche et la plage des Quilles.

3. L’espace Georges Brassens

Visiter musée Georges Brassens, Sète

Crédit photo: Wikimedia- Fagairolles 34

Que faire à Sète ? Au musée Georges Brassens, les fans inconditionnels du roi des mots tirant sur sa bouffarde seront comblés : l’espace d’un instant, ils auront la voix de leur idole dans les oreilles. Le musée dédié à l’auteur-compositeur-interprète est celui le plus visité de la ville de Sète, avec 50 000 visiteurs par an. Cette visite promet d’être émouvante si vous aimez la poésie, la chanson et les idées de Georges Brassens (1921-1981). On pénètre dans le musée muni d’un casque stéréophonique pour écouter des chansons et des interviews de l’artiste. Des objets, photos, articles de presse retracent la vie de G. Brassens, entre Sète et Paris, des années 1920 à sa mort. Pendant une heure environ, on explore la façon dont il écrivait, ses sources d’inspiration, son caractère, et ses thèmes d’écriture à différentes étapes de sa vie (ses expériences, les femmes, le désir, la religion, la mort, etc.), une immersion poétique dans l’univers du chanteur. En fin de visite, traverser la route pour vous recueillir sur sa tombe au cimetière « Le Py », nommé « cimetière des pauvres » par les locaux, où il réside avec ses parents et sa bien-aimée Joha Heiman, dite Püppchen. Lui qui disait préférer, en chantant, avoir « un petit trou moelleux sur la plage de la Corniche » (Supplique pour être enterré sur la plage de Sète), y passe sa mort en vacances depuis le 29 octobre 1981.

4. Les plages de Sète

Visiter les plages de Sète

Crédit photo: Wikimedia- Christian Ferrer

A l’extrémité ouest de la ville, se trouvent les plages de Sète. Été comme hiver, on peut aller s’y baigner ou flâner sur le sable fin, pour profiter d’un long cordon de plage mouillée par les flots bleus. Sept magnifiques plages se trouvent entre le centre-ville de Sète et Marseillan, avec vue sur le Mont Saint-Clair : la plage du Lazaret, la plage de la Corniche, la plage du Lido, la plage du Castellas, la plage de la fontaine, la plage de la baleine et la plage des 3 digues. De larges parkings à proximité permettent de se garer même en pleine période estivale.

5. Le port de plaisance et le Môle Saint-Louis

Visiter môle Saint Louis, Sète

Crédit photo: Wikimedia- Christian Ferrer

Le Môle Saint-Louis est la jetée qui ferme le port de plaisance de Sète. La première pierre du môle Saint-Louis fut posée le 29 juillet 1666. Une balade le long de cette digue vaut un coup d’œil, pour admirer la ville comme si l’on était dans l’eau. Au bout de la jetée, le phare du Môle Saint-Louis permet une belle vue sur le port de plaisance.

https://generationvoyage.fr/visiter-sete-faire-voir/

Nouvelles visites en 2020

 

Voici les nouveautés culturelles de 2020….laisser vous tenter par :

à Nimes, le musée flambant neuf consacré à la romanité

l’architecture caractéristique de la Grande Motte – label patrimoine du XX eme siècle

la Grande Motte

ou le site de Maguelone et sa cathédrale romane fortifiée

Maguelone et sa Cathédrale

une balade guidée 100 % architecture : la Grande Motte

La Grande Motte, cité des sables, raconte le projet fou d’un architecte humaniste et philosophe : Jean Balladur. Partez à la découverte d’une architecture audacieuse et visionnaire ! Vous vous demandez pourquoi l’utilisation du béton à La Grande Motte ou encore d’où vient cette forme pyramidale des bâtiments ? Laissez-vous guider à l’ombre des pins, de La Grande Pyramide à l’Église Saint Augustin en passant par le labyrinthe initiatique de la place des trois pouvoirs… Vous découvrirez toute la force et la symbolique d’un des sites phares de l’architecture balnéaire moderne. J’en suis certaine, vous allez être étonné!

Il y a toujours de bonnes raisons pour aller à Arles cet hiver!

Il y a des villes qui se livrent l’hiver…Arles en fait partie.

C’est le moment révé pour flaner dans les rues et partir à la découverte de cette belle cité que j’affectionne. C’est le moment de venir apprécier les vestiges gallo-romains : l’amphithéatre, le theatre antique, les thermes de Constantin et les impressionnantes cryptoportiques.

Mais ce n’est pas tout : direction l’Hotel Dieu, un havre de paix et une première rencontre avec un hote illustre : Van Gogh dont j’aurai l’occasion de vous reparler; le fameux autoportrait de  » l’homme à l’oreille bandée », ca vous parle?

 

Vous n’etes pas encore rassasié…. il y a ce magnifique portail de la Cathedrale Saint Trophime : un regal pour nos yeux, l’élégante façade de l’hotel de ville et la charmante place aux hommes sur laquelle trone la statue de F.Mistral. On termine par une balade atypique le long des quais du Rhone, ca vous dit? pour avoir une autre vision de la ville et on comprend que ce fleuve, le Rhone a façonné le developpement urbain et économique de la ville

 

 http://www.patrimoine.ville-arles.fr/index.php?action=edifice&id=37

 

Musée de la Romanité à Nimes – On plante le décor!

 » Un écrin pour les exceptionnelles collections de la ville, témoins de l’influence romaine »

Avant d’entamer notre déambulation dans ce musée où fourmille pas moins de 5000 pièces exposées, il faut prendre un peu de temps pour découvrir ce musée de l’extérieur. La première réaction quand on regarde ce batiment c’est tout d’abord la surprise : quand meme faire cohabiter 2000 ans d’histoire sur quelques mètres, il faut oser!

Et celle qui a osé c’est Elisabeth de Portzamparc qui remporte le concours en 2011. « Face aux arènes, masse de pierre au dessin magnifique des arcs que Rome a laissé, le nouveau projet rayonne en une présence claire, lumineuse, une architecture presque fluide et diaphane qui semble en lévitation sur le site et sur le jardin archéologique ». Elizabeth de Portzamparc

Alors, ce batiment il ressemble à quoi?

C’est un parallélépipède élégant, lumineux fait de transparence et de légéreté. Habillé d’une « peau »  constituée de 7000 lames de verre qui évoquent la mosaique romaine – une des richesse du musée – cette façade ondulée aux reflets changeants au cours de la journée fait écho aux Arènes. Vous l’aurez compris l’objectif de cette façade n’est pas de venir en concurrence de l’amphitheatre romain mais c’est de jouer la carte de la complémentarité et de créer un fil « imaginaire » entre ces 2 batiments. Bien vu Elisabeth!

D’ailleurs Nimes est une « habituée » dans le mélange des genres architecturaux : en 93, c’est l’inauguration du Carré d’Art – l’architecte, une pointure! Sir Norman Foster. Son batiment fait face à la Maison Carrée, c’est dire la difficulté!

Vous voilà initiez aux subtilités de la façade, prochain rendez-vous la déambulation muséographique. Le rendez-vous est pris!

 

http://www.elizabethdeportzamparc.com/fr/projet/musee-de-la-romanite/

https://museedelaromanite.fr/

 

Pourquoi venir visiter Montpellier ?

Aujourd’hui  je vous livre mon TOP 5 des raisons pour venir découvrir Montpellier….Le New York Times avait retenu Montpellier parmi les 45 sites du monde à visiter en 2012. depuis son attractivité est toujours d’actualité !

TOP 1 : L’art de vivre typiquement méditerranéen :

Située à une dizaine de km de la mer, Montpellier avec 300 jours d’ensoleillement par an (bon, oui en ce moment c’est pas tout à fait ca !) cette ville invite à la flânerie, aux balades en vélo le long du Lez , à siroter un verre aux terrasses (nombreuses) du centre historique l’Ecusson…un charme indéniable.

Profitez-en aussi pour découvrir l’arrière-pays, entre garrigue et plaines viticoles.

 

 

 

 

 

TOP 2 :  Le patrimoine :

Très longtemps éclipsée par ses voisines au passé antique, Montpellier recèle un patrimoine riche : hôtels particuliers classiques, quartiers contemporains, dédale de ruelles médiévales…J’en suis certaine, vous allez être surpris !

TOP 3 : Une ville intellectuelle depuis le Moyen Age…le saviez-vous : Montpellier abrite la plus ancienne école de médecine d’Europe toujours en activité fondée en 1220 et le plus ancien Jardin des Plantes de France  (création royale en 1593)

TOP 4 : Une vie culturelle riche et diversifiée : Danse contemporaine, Comédie du Livre, Festival Radio France, Fise…vous trouverez votre bonheur dans les nombreuses manifestations organisées par la ville ; certaines à prix réduit, alors profitons-en !

TOP 5 : Son Musée Fabre est l’un des plus importants musées du sud de la France. Entièrement Rénové, il présente une collection de peintures  du Moyen Age jusqu’à Pierre Soulages en passant par les très belles collections flamandes et hollandaises (mes préférées !)

Alors vous êtes conquis ?

 

 

 

Balade au bout du monde à Marseille!

Aujourd’hui,  je vous emmène à Marseille…au bout du monde de Marseille, aux Goudes. Un de mes endroits préférés mais chut ça ferait des jaloux !

Alors les Goudes, c’est où ?

 « Va te jeter aux Goudes » dit le dicton marseillais. C’est dire l’impression de bout du monde qui se dégage de cet endroit mythique de la cité phocéenne. Une jolie route sinueuse, comme un cordon ombilical, relie Marseille aux Goudes et longe le bord de mer depuis le quartier de la Madrague.

Alors les Goudes, qu’est ce que c’est ?

Un vrai petit village de pêcheurs au bout de Marseille.. On y trouve bars, restaurants et surtout des cabanons. Ah le mythique cabanon marseillais !

Alors les Goudes, pourquoi on aime ?

Parce que c’est un lieu dépaysant, le cadre est unique et grandiose et la vue saisissante. Que demander de plus ? C’est le paradis des baigneurs, des pêcheurs, des plongeurs, des amateurs de paysages grandioses et des photographes

Enfin, les Goudes, coté littérature et cinéma, ce fut le  lieu de tournage de certains films de Jean-Pierre Melville, et surtout de pied à terre à Fabio Montale, le héros d’Izzo.

et les Goudes coté histoire : Le port fut, aussi en 1720, un lieu de refuge pour les équipages des convois maritimes atteints de la Peste.

Ne manquez pas le coup d’œil entre Callelongue et le Cap Croisette : on compte de nombreuses fortifications et offre une très belle vue à 360° sur l’île Maire, le passage des Croisettes, la rade de Marseille et l’archipel de Riou.

Alors prêt pour partir au bout du monde?

En tete à tete avec J.R. à Marseille

L’artiste français JR investit le J1 pour y mettre en scène l’amour porté par Marseille à la mer et aux voyages. Marseille, terre d’accueil, point de passage ou lieu de départ…

Dans ce géant de verre et de béton armé, paquebot éternellement à quai face à la digue du large, l’artiste imagine une installation monumentale. Prenez part à l’œuvre en fabriquant vous-même la trace de votre passage et laissez-vous surprendre par votre propre déambulation sur d’étonnants passages à emprunter.

Avec ce cheminement sur des parcours démultipliés, nous seront les visiteurs -voyageurs de nos propres histoires, de nos propres routes. Et au fur et à mesure de notre progression, nous serons rappelés à l’existence d’une destination devenue commune à tous….