Tete à tete pictural : La chambre de Van Gogh à Arles

1889

Sur le thème de sa chambre, Van Gogh réalise trois peintures presque identiques. La première, conservée au musée Van Gogh d’Amsterdam est exécutée en octobre 1888 et détériorée lors d’une inondation survenue pendant l’hospitalisation du peintre en Arles. Environ un an après, ce dernier entreprend donc d’en faire deux copies : l’une, de mêmes dimensions, est conservée aujourd’hui à l’Art Institute de Chicago ; l’autre, celle du musée d’Orsay, réalisée pour sa famille en Hollande, est de taille plus réduite.

Dans une lettre adressée à son frère Théo, Vincent explique ce qui l’incite à peindre une telle oeuvre : il veut exprimer la tranquillité et faire ressortir la simplicité de sa chambre au moyen du symbolisme des couleurs. Pour cela, il décrit : « les murs lilas pâle, le sol d’un rouge rompu et fané, les chaises et lit jaune de chrome, les oreillers et le drap citron vert très pâle, la couverture rouge sang, la table à toilette orangée, la cuvette bleue, la fenêtre verte », affirmant : « J’avais voulu exprimer un repos absolu par tous ces tons divers ».
A travers ces différents tons, c’est au Japon, à ses crépons et à ses estampes que Van Gogh fait référence. Il se justifie ainsi : « Les Japonais ont vécu dans des intérieurs très simples et quels grands artistes ont vécu dans ce pays ». Même si, aux yeux des Japonais, une chambre ornée de tableaux et de meubles ne semble pas véritablement simple, pour Vincent c’est « une chambre à coucher vide avec un lit en bois et deux chaises ». Il atteint malgré tout un certain dépouillement par sa composition constituée presque uniquement de lignes droites et par une combinaison rigoureuse des surfaces colorées qui suppléent à l’instabilité de la perspective.
source https://m.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/commentaire_id/la-chambre-de-van-gogh-a-arles-16367.html

Patrimoine inconnu : l’église orthodoxe de SALIN DE GIRAUD


Il faut se replacer dans le contexte économique de Salin de Giraud pour expliquer la communauté grecque dans le secteur.
Les usines Solvay, en 1895, viennent exploiter le sel pour produire du carbonate de soude entrant dans la fabrication du savon de Marseille. L’industrie est florissante et son développement nécessite beaucoup de main d’œuvre, surtout, au moment de la première guerre mondiale. Les Français sont au front et le travail, bien trop dur, ne convient pas aux femmes ni aux enfants.
Les Grecs sont arrivés entre les deux guerres et se sont installés par regroupement familial. Ils ont gardé leurs coutumes, leur religion tout en s’intégrant à la Camargue et y faisant souche.
L’église pour le culte orthodoxe est construite en 1952. La compagnie des Salins du Midi en fera don à la Métropole Grec-orthodoxe de France, en 2009.
L’église trouve asile aux confins de la commune, près des marais salants et dans un des baraquements de Faraman où étaient «parqués» les Indochinois !! Et ceci est une autre histoire peu glorieuse de la Provence et de la façon dont étaient traités ceux qui participaient, de gré ou de force, au développement économique de la région et à l’enrichissement de certains.

source : https://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=13904_2

Focus sur l’ancienne apothicairerie de l’hôpital Saint-Nicolas de Tarascon

L’apothicairerie de l’ancien hôpital de Tarascon est exposée dans les logis de service du château. Elle constitue un ensemble remarquable de pots de pharmacie fabriqués par la manufacture royale de Montpellier dirigée par Jacques Ollivier, des années 1690 à 1743. Cette manufacture fournit alors tout le Midi de la France et, notamment, l’Hôtel-Dieu Saint-Eloi de Montpellier, celui de Narbonne, Carpentras, Perpignan, Pézenas, Pont-Saint-Esprit et Toulouse.

La création de l’apothicairerie de l’ancien hôpital Saint-Nicolas de Tarascon est l’œuvre de sœur Marguerite Janin, religieuse apothicaire de l’Hôtel-Dieu de Lyon, à la demande des recteurs de l’hôpital, après la terrible peste de 1721 qui sévit alors dans toute la Provence.

En 1727 et 1732, Marguerite Janin obtient de Jacques Ollivier le don des faïences conservées au château : chevrettes, pots canons, grandes urnes à anse pour les eaux distillées. Parallèlement, elle constitue une bibliothèque riche de soixante volumes sur la pharmacie-hommes.fr, la médecine, la chirurgie et les sciences naturelles.

Les pots de l’apothicairerie de Tarascon sont ornés de décor de grand feu, en camaïeu de bleu et brun, et de motifs figuratifs, végétaux, animaliers et humains.

Les boiseries de l’apothicairerie sont finalement réalisées en 1742 par deux menuisiers de Tarascon, Bertrand Cone et Francis Moureau. Les bois sont de noyer, de pin et d’aube.

Cette collection est la propriété du Centre hospitalier des Hôpitaux des Portes de Camargue, établissement public de santé (Tarascon-Beaucaire). Elle est mise en dépôt auprès de la Ville de Tarascon depuis 1986.

L’ancienne apothicairerie de l’hôpital Saint-Nicolas de Tarascon est classée depuis 1911 au titre des Monuments Historiques.