Bleu Lavande dans le Vaucluse

La lavande, une fleur emblématique par ses propriétés et ses nombreuses utilisations, un condensé de bienfaits que l’on découvre au Musée de la lavande à Coustellet entre Cavaillon et Apt, dans le Luberon. Suivez le guide ! Oui, c’est encore trop tot mais il est préférable de commencer à un itinéraire pour votre excursion « Lavande »

« Mais la lavande en fleur c’est quand ? »

Dès le mois de juin et jusqu’à la coupe courant juillet (la date varie selon la maturité de la fleur), les champs de lavande se détachent du paysage tant sa couleur bleu est intense et unique. Elle est aussi très photogénique. Tout le monde souhaite capter cette floraison graphique organisée en de longs monticules rectilignes pour illustrer son album de famille ou de voyage, son fond d’écran…

source : https://www.provence-mag.fr/lavande-fleur-de-provence-de-lete/

un avant gout de l’été!

Eric Garcin possède la dernière distillerie de lavande et d’huiles essentielles des Bouches-du-Rhône : le moulin Saint-Vincent. Chaque été, au mois d’août, la distillerie artisanale se visite. Suivez la bonne odeur de lavande et découvrez avec nous ce savoir-faire des plus rares !

La culture de la lavande

Le moulin Saint-Vincent se trouve à l’entrée de Jouques. La jolie commune se situe au croisement des Bouches-du-Rhône avec nos voisins du Var, du Vaucluse et pas très loin, les Alpes-de-Haute-Provence. C’est une localisation idéale pour la culture de la lavande : être un peu en altitude et avoir des nuits fraîches. On pourrait croire qu’il y a de la lavande partout en Provence mais malheureusement, elle est très rare dans notre département. Autrefois, de nombreux champs étaient cultivés dans les Bouches-du-Rhône mais l’exode rurale a fait que les agriculteurs ont abandonné leurs terres. Eric Garcin est le dernier distillateur d’huiles essentielles. Il cultive de la lavande fine mais aussi plusieurs types de lavandins.

La récolte

Nous rejoignons Eric dans un champ de lavandin, près de sa distillerie. Le bourdonnement des abeilles concurrence le bruit de la machine à récolter. Les jolis papillons blancs passent de brins en brins de lavandins. Eric s’est récemment équipé d’une nouvelle machine qui permet de ne récolter que les fleurs de lavande/lavandin, ou presque. Il a été l’un des derniers à récolter « à l’ancienne » mais cette machine lui permet de couper 3 fois moins de tiges et de ne garder que le meilleur de la plante pour la distiller ensuite. Hop, le tout dans le camion, et on retourne à la distillerie !

La distillation

On verse le tout dans la cuve. Eric tasse avec ses pieds puis ferme la cuve. La vapeur d’eau, sous la cuve, traverse le végétal et se charge d’huile essentielle. En 30mn, on peut récupérer au sommet de la cuve le mélange d’eau et d’huile. C’est dirigé vers le refroidisseur. Chaque cuve a son refroidisseur et son essencier, un vase florentin à 2 compartiments où l’eau et l’huile se séparent. L’eau est jetée (mais elle peut aussi être vendue en tant qu’eau florale) pour ne garder que l’huile essentielle. Le processus est le même pour chaque plante sauf que la durée de cuisson est différente. Par exemple, pour extraire de l’huile essentielle d’immortelle, il faudra compter 1h. Mmmh, ça sent tellement bon !

https://www.myprovence.fr/article/distillerie-jouques