photos du jour à Aigues Mortes

Meurtrière, archère, arbalétrière et archere-canonnière : quelle différence ?

Au Moyen Âge, les châteaux forts et les enceintes des villes se percent d’ouvertures de tirs afin de menacer l’approche des assiégeants. Ces meurtrières prennent le nom d’archères, d’archères-canonnières ou de canonnières selon l’arme utilisée par la défense. Comment les distinguer ?

À partir du XIIe siècle, la garnison d’un château ne se contente plus d’attendre que l’ennemi s’épuise dans des assauts répétés ou se lasse. Les forteresses passent en mode « défense active ». Archers, arbalétriers, puis artilleurs visent l’adversaire à travers des trous ménagés dans les tours ou les remparts.

Les formes de ces trous sont très diverses : archère simple, archère à étrier, archère en croix, archère-canonnière, canonnière à la française… La liste est plus longue que celle à envoyer au père Noël. Pour vous aider à reconnaître ces meurtrières, appuyez-vous sur les dessins et les photos qui suivent.

Aucun doute : les hommes sont inventifs quand il s’agit de tuer leur prochain.

Meurtrière, un mot désuet

Les meurtrières sont des ouvertures pratiquées dans les murs pour permettre aux défenseurs cachés derrière, de tirer flèches, carreaux et boulets sur l’assaillant. Les spécialistes des châteaux forts (les castellologues) n’emploient presque plus ce mot. Il fait « vieille école ».

Que lui reproche-t-on ? Son imprécision. Il peut aussi bien désigner des archères (utilisés par des archers ou des arbalétriers), des canonnières (utilisées par les artilleurs à poudre) que des archères-canonnières. Je les détaille plus bas.

Cependant, à titre personnel, ce terme me convient très bien. Déjà parce que les gens de la fin du Moyen Âge l’employaient. Un texte de 1417 évoque les « murdriers » de l’enceinte d’Harfleur en Normandie. Aussi parce que le mot regroupe commodément cette famille de fentes et d’orifices à l’abri desquels les soldats menaçaient l’assiégeant d’un château fort ou d’une ville. Pourquoi condamner aux oubliettes un mot aussi pratique ?

Les archères : la meurtrière la plus répandue

Les archères sont des fentes verticales ouvertes dans un mur afin que des archers tirent discrètement sur l’ennemi.

Des archères, vous en verrez sur la plupart des châteaux forts à tel point qu’elles font partie de leur image d’Épinal. Mais avez-vous remarqué leur variété, parfois leur degré de raffinement ?

Loin de se limiter à un trait vertical, la base de la fente peut s’évaser en un étrier ou en une bêche. Une disposition censée faciliter les tirs plongeants en direction des assiégeants qui s’aventurent au pied des murailles. Les bêches permettraient de glisser vers l’assaillant des projectiles incendiaires voire des fusées explosives. C’est en tout cas l’hypothèse du castellologue Alain Salamagne.

Les différentes types d'archères
7 exemples d’archères. Le cas le plus courant est le 1, une simple fente verticale. Mais dans certains châteaux, elle peut être complétée d’un étrier triangulaire (2) ou semi-circulaire (3), ou d’une bêche (4). Un ou plusieurs croisillons peuvent barrer l’archère, lui donnant une forme symbolique (la croix chrétienne) mais offrant surtout au tireur plus de vision. Le cas 7 est une belle archère à croix pattée.

Des archères prennent même la forme d’une croix. À la fente verticale, s’ajoute donc une traverse. Son rôle ? Élargir le champ de vision du tireur et faciliter la visée. L’archer déclenche son tir quand la cible humaine passe dans l’intersection de la croix.

Les bâtisseurs ont même réussi à créer de belles archères. Regardez celles en croix pattée. Leur terminaison ressemble aux empâtements des caractères d’imprimerie. 

Osez passer derrière le mur ; visitez une archère de l’intérieur. Là encore, vous constaterez des différences. Des archères se limitent à un ébrasement. D’autres sont précédées d’une niche.

Archère simple et archère à niche
Archère simple et archère à niche

Certaines archères présentent enfin un seuil descendant afin de viser l’ennemi dans le fossé. Bref, ces meurtrières méritent une observation attentive en façade comme en coulisses. Mais ces aménagements semblent peu efficaces.

Les arbalétrières, une identification controversée

Les arbalétrières sont des fentes… à l’usage de l’arbalète. Facile, non ?

Au regard des comptes, des inventaires, des règlements et des rapports de fouilles, l’arbalète était au Moyen Âge une arme plus couramment utilisée dans les forteresses que l’arc. Probablement par sa puissance supérieure.

Parce que rien ne vous protège contre son carreau (on ne parle pas de flèche pour les arbalètes, mais de carreau). Il peut transpercer une armure ou un bouclier. « Celui qui est atteint par l’un de ces coups est bien malheureux, car il meurt subitement sans même sentir le coup, tant il est violent », prévient la princesse byzantine Anne Commène au XIIe siècle.

En revanche, un arbalétrier, en raison du mécanisme de recharge de son arme, tire trois fois moins vite qu’un archer. Un défaut à prendre en compte.

À quoi ressemble une arbalétrière ? La réponse ne fait pas l’unanimité. Le castellologue Jean Mesqui affirme : « il n’y a aucune différence avec une archère ! » Même si les textes parlent tantôt d’archères, tantôt d’arbalétrières, les deux termes se vaudraient. Autrement dit, derrière une archère ou arbalétrière, le tireur pouvait manipuler indifféremment un arc ou une arbalète.

Un autre spécialiste Alain Salamagne, déjà mentionné, n’est pas d’accord. L’arbalétrière se caractériserait, à l’intérieur, par un muret, une allège. Dessus, l’arbalétrier posait sa lourde arme lors du tir. Qui a raison ? Je ne sais pas.

archère à allège

Là où ce petit groupe d’experts se rassemble, c’est pour contredire l’idée répandue que l’arbalétrière se reconnaîtrait par la fente en forme de croix. L’erreur est tentante. À l’arc, arme verticale, se rapporteraient les archères verticales. À l’arbalète, arme horizontale, correspondraient les archères en croix. Non, je le répète, le croisillon ne servait pas à loger l’arbalète ! C’était une aide à l’observation et à la visée. Les tireurs ne passaient pas leurs armes à travers les fentes. Ils se postaient en retrait.

Les archères-canonnières : au choix des armes

Les archères-canonnières sont des ouvertures de tir mixte : une fente permet de tirer à l’arc ou à l’arbalète (les armes à cordes) tandis qu’un orifice autorise l’emploi d’armes à feu.

Différents types d'archère-canonnière

En effet, à partir du XIVe siècle, la poudre fait son entrée sur les champs de bataille d’Occident. Face aux canons, les châteaux s’adaptent. D’anciennes archères sont percées d’un trou rond pour projeter des boulets tandis que les nouveaux châteaux renoncent aux archères en faveur des archères-canonnières. Selon Alain Salamagne, cette transformation se situe vers 1400 en France et dans les anciens Pays-Bas.

N’imaginez pas de gros calibres derrière ces orifices. Vous oubliez que l’arsenal de l’époque comprend des canons semi-portatifs comme les bâtons à feu, les veuglaires, les bombardes. Un homme peut les transporter à la main et les poser sur un chevalet ou un dispositif en bois fixe. Un diamètre de 10 à 20 cm suffit à faire passer la gueule du canon.

Aigues Mortes une cité mal fortifiée?

Aujourd’hui, Aigues-Mortes est une petite ville. Vous avez peut-être besoin d’un peu d’aide pour la situer. Nous sommes entre le Languedoc et la Provence. Le séparateur entre les deux régions s’appelle le Rhône qui se jette dans la mer Méditerranée. L’estuaire forme un delta dans lequel se niche Aigues-Mortes.
Parfois, on explique qu’autrefois la mer venait lécher les murs d’Aigues-Mortes. Ce n’est pas vrai. Voici la situation d’Aigues-Mortes au temps de sa fondation, c’est-à-dire au XIIIe siècle. On se rend compte que la ville se trouve en retrait de la mer. Des cordons de sable ont enfermé des étendues d’eau salée, formant des lagunes. Aigues-Mortes se trouve au fond d’un de ces étangs. Par des canaux, la ville a néanmoins accès à la mer. Le port est ainsi protégé des tempêtes de la Méditerranée.

Après la géographie, parlons histoire. Vers 1240, saint Louis a un problème : il ne possède aucun grand port sur la Méditerranée. Les principales villes littorales ne lui appartiennent pas. Pire certaines comme Montpellier appartiennent à ses ennemis comme le roi d’Aragon. Or, la Méditerranée est une mer de plus en plus fréquentée par des marchands de toutes nationalités. Sur l’eau, transitent des marchandises très précieuses. Des marchandises peu encombrantes mais vendues très chères. Je veux parler des épices comme le poivre ou le gingembre. Mais aussi de la soie venue de Chine. Saint Louis aimerait capter ce juteux trafic, sans passer par des intermédiaires. Plus généralement, il souhaite faire de son royaume, jusque là tournée vers la Manche ou l’Atlantique, une puissance méditerranéenne. Saint Louis a des rêves d’Orient. La Croisade l’obsède. Posséder un port lui serait utile pour embarquer lui et ses troupes

Ainsi naît sur un site jusque là désert Aigues-Mortes dans les années 1240. Un port est aménagé, sur lequel s’adosse une ville. Dans l’angle nord-ouest, un château connu sous le nom de Tour de Constance, est construit à grands frais. Mieux qu’un château, saint Louis veut une enceinte autour de sa fondation. Déjà pour une raison banale : défendre les habitants et les marchands contre des attaques ennemies (par exemple le roi d’Aragon dont j’ai parlé tout à l’heure). Autre raison moins banale : empêcher le sable côtier d’encombrer peu à peu les rues sous l’effet du vent. Le rempart doit donc résister aussi bien aux hommes qu’aux forces de la nature.

Pour financer la construction de ce grand chantier, saint Louis instaure une taxe sur toutes les marchandises débarquées. Les travaux n’ont pas commencé quand il embarque pour la croisade en 1270. Vous connaissez peut-être la suite de l’histoire : le roi de France ne revient pas ; il meurt en 1270 sous les murs de Tunis. C’est donc son fils Philippe III le Hardi puis son petit-fils Philippe IV le Bel qui achève l’enceinte. Là voici dessinée, c’est ce quadrilatère noir. Il fait 1640 m de long. Si on reste dans les chiffres, la muraille est épaisse de 3 m et s’élève à 11 m. Surtout, des portes percent la muraille. J’en viens enfin à la question de Gabin. Généralement, une ville moyenne a 4 portes implantées selon les points cardinaux. Aigues-Mortes présente 10 portes. Il y en a notamment 5 sur le flanc sud. Les autres côtés sont pourvus plus normalement : 1 à 2.

Un tel nombre d’ouvertures semble incompatible avec le souci de défense. 10 portes ce sont 10 points faibles. Même si, comme vous pouvez le voir, ce sont de forts ouvrages de pierre. Quelle explication donner à cette contradiction ? Tout simplement, les rois de France n’ont pas voulu entraver la principale fonction d’Aigues-Mortes : le commerce. Si autant de portes se situent sur le rempart sud, c’est pour faciliter le transfert des marchandises entre le port et la ville. Une seule porte aurait créé un engorgement.

Lors de sa visite, un autre aspect des remparts interrogea Gabin. Pourquoi des portes sont-elles petites et d’autres grandes ? Je lui réponds que les grandes portes ouvrent sur les rues principales de la ville tandis que les petites portes donnent sur des rues secondaires.

Au final, les Capétiens investirent beaucoup d’argent dans ce site pour un résultat décevant. En effet, dès les travaux de saint Louis, le port commençait à s’ensabler. Les bateaux, les galères,  n’avaient plus assez de fonds pour s’approcher du rivage. Parallèlement, les rois de France acquirent d’autres sites plus commodes sur la côte méditerranéenne, délaissant la fondation de Louis. D’une certaine manière, ce déclin fait notre chance aujourd’hui. Aigues-Mortes, tout du moins ses remparts, sont presque restés les mêmes depuis le XIIIe siècle.

les Trésors du Vaucluse

Demandez moi le programme!

Aigues Mortes

Belle saison pour Avignon

https://www.laprovence.com/article/edition-vaucluse/5645092/tourisme-au-palais-et-au-pont-une-frequentation-historique.html

Tourisme : au Palais et au Pont, une fréquentation… historique à Avignon

Les deux monuments emblématiques d’Avignon n’avaient pas accueilli autant de visiteurs depuis l’an 2000

Le plus grand palais gothique d’Europe et le pont aux quatre arches, célèbre dans le monde grâce à sa chanson-hymne, sont actuellement lancés dans une dynamique sans précédent en ce qui concerne leur fréquentation respective. Pour preuve, le palais des papes et le pont Saint-Benezet battent depuis le début de l’été leur record historique. L’ancienne demeure des papes, au XIVe siècle, a accueilli 104 656 visiteurs (+16% par rapport à 2018) tandis que 72 432 personnes sont allées vérifier si l’on dansait bien sur le pont d’Avignon (+11 %).

« Ce sont les meilleurs résultats jamais enregistrés depuis 2000, qui surpassent le record de fréquentation déjà enregistré au palais des papes en juillet 2015 (98 775 visiteurs) et au pont en 2018 (72 229) » explique-t-on du côté d’Avignon Tourisme, l’organisme gestionnaire des deux monuments.

Il y a toujours de bonnes raisons pour aller à Arles cet hiver!

Il y a des villes qui se livrent l’hiver…Arles en fait partie.

C’est le moment révé pour flaner dans les rues et partir à la découverte de cette belle cité que j’affectionne. C’est le moment de venir apprécier les vestiges gallo-romains : l’amphithéatre, le theatre antique, les thermes de Constantin et les impressionnantes cryptoportiques.

Mais ce n’est pas tout : direction l’Hotel Dieu, un havre de paix et une première rencontre avec un hote illustre : Van Gogh dont j’aurai l’occasion de vous reparler; le fameux autoportrait de  » l’homme à l’oreille bandée », ca vous parle?

 

Vous n’etes pas encore rassasié…. il y a ce magnifique portail de la Cathedrale Saint Trophime : un regal pour nos yeux, l’élégante façade de l’hotel de ville et la charmante place aux hommes sur laquelle trone la statue de F.Mistral. On termine par une balade atypique le long des quais du Rhone, ca vous dit? pour avoir une autre vision de la ville et on comprend que ce fleuve, le Rhone a façonné le developpement urbain et économique de la ville

 

 http://www.patrimoine.ville-arles.fr/index.php?action=edifice&id=37

 

Pourquoi venir visiter Montpellier ?

Aujourd’hui  je vous livre mon TOP 5 des raisons pour venir découvrir Montpellier….Le New York Times avait retenu Montpellier parmi les 45 sites du monde à visiter en 2012. depuis son attractivité est toujours d’actualité !

TOP 1 : L’art de vivre typiquement méditerranéen :

Située à une dizaine de km de la mer, Montpellier avec 300 jours d’ensoleillement par an (bon, oui en ce moment c’est pas tout à fait ca !) cette ville invite à la flânerie, aux balades en vélo le long du Lez , à siroter un verre aux terrasses (nombreuses) du centre historique l’Ecusson…un charme indéniable.

Profitez-en aussi pour découvrir l’arrière-pays, entre garrigue et plaines viticoles.

 

 

 

 

 

TOP 2 :  Le patrimoine :

Très longtemps éclipsée par ses voisines au passé antique, Montpellier recèle un patrimoine riche : hôtels particuliers classiques, quartiers contemporains, dédale de ruelles médiévales…J’en suis certaine, vous allez être surpris !

TOP 3 : Une ville intellectuelle depuis le Moyen Age…le saviez-vous : Montpellier abrite la plus ancienne école de médecine d’Europe toujours en activité fondée en 1220 et le plus ancien Jardin des Plantes de France  (création royale en 1593)

TOP 4 : Une vie culturelle riche et diversifiée : Danse contemporaine, Comédie du Livre, Festival Radio France, Fise…vous trouverez votre bonheur dans les nombreuses manifestations organisées par la ville ; certaines à prix réduit, alors profitons-en !

TOP 5 : Son Musée Fabre est l’un des plus importants musées du sud de la France. Entièrement Rénové, il présente une collection de peintures  du Moyen Age jusqu’à Pierre Soulages en passant par les très belles collections flamandes et hollandaises (mes préférées !)

Alors vous êtes conquis ?

 

 

 

Noel en PROVENCE

joyeux-noel

Que faites vous cette année pour le 24 décembre?

Je vous propose de passer l’apres midi à la découverte des Baux de Provence et de Saint Rémy de Provence en attendant sagement 23h30.

En effet, depuis plus de 4 siècles, la messe de minuit est célébrée dans l’eglise Saint Vincent selon un rite immuable que je vous invite à venir découvrir. Les habitants des Baux animent la creche vivante mais surtout ce qui vaut le coup d’oeil c’est cette tradition provencale du « pastrage »: le cortège des bergers vient offrir l’agneau dernier-né, le tout au son des tambourins et galoubets. L’agneau est couché sur de la paille dans une petite charette toute illuminée de chandelles multicolores. Puis chacun se retrouve à l’exterieur de l’église pour quelques chants provençaux.

Cette année, à Noel, vous allez vous en mettre plein les yeux!

Et pour faire le lien avec Noel et les Mages, ci -dessous quelques courts extraits de Calendal de F.Mistral qui met à l’hooneur les Seigneurs de Baux et leur celèbre lignée.

Li Prince di Baus, de Frédéric Mistral (courts extraits tirés de « Calendal »)
« […], tu dois, sur la porte du château, avoir vu l’Astre qui est gravé…[…] 

Ce sont les armes traditionnelles des princes des Baux, 
la première, par son antique nom comme par sa splendeur, des grandes familles de Provence :
race d’aiglons, jamais vassale qui, de la pointe de ses ailes,
effleura la crête de toutes les hauteurs.

Selon leur dire et leur croyance, 
ils comptaient parmi leurs aïeux le mage Balthazar, 
duquel un descendant était venu d’Ethiopie planter bourdon sur les Alpilles 
et semer dans leurs flancs pierreux les herbes aromatiques et le sang ardent.

De là venait la Belle-Étoile irradiée en seize rais dans leur blason ; […] 
de là leur cri de guerre : Au hasard, Balthazar ! »

 

 

 

LA PROVENCE DES PAPES version Escapade viticole*

Une excursion 100% vin!

Des vignes et des oliviers…mais pas que ! Un terroir multiple, riche en Histoire et en parfums….

dentelles-montmirail-12-3001504167080_FEDESitué au cœur des Dentelles de Montmirail, le vignoble de Beaumes de Venise a été promulgué Côtes du Rhône pour ses vins rouges. Mais Beaumes de Venise, c’est d’abord le Muscat, de l’or en bouteille. Il est connu dans le monde entier, et a la réputation d’être parmi les meilleurs. Vous pourrez déguster ce fameux cru aprés la visite de la cave  d’un domaine viticole.

"Enfant des Dentelles de Montmirail, Beaumes-de-Venise dernier-né des crus de la Vallée du Rhône. Le vignoble vous offrira un panorama exceptionnel sur les Dentelles de Montmirail.oile un terroir à la signature forte. Contraste de miel et de rugosité, de paix et de force, lieu de paradis encore préservé."
CHRISTOPHE TASSAN Sommelier Ambassadeur du Rhône
un peu d'histoire : les premiers Muscats furent plantés à Beaumes vers 600 avant J.C. par les colons grecs. Dès 1309, le Pape Clément V et la Chambre apostolique possèdent une muscadière. Si les guerres de religions du Moyen-Age réduisent fortement le vignoble, les grands du royaume dégustent régulièrement le Muscat. 

Mais il est grand temps de se diriger vers Cairanne, dernier-né des crus de la vallée du Rhone. Amateurs de photos, le vignoble vous offre un panorama exceptionnel sur les Dentelles de Montmirail!

"Caché derrière un paysage mélodieux, Cairanne dévoile une étonnante plénitude soigneusement organisée, enrobée d’une patine de velours."
CHRISTOPHE TASSAN Sommelier Ambassadeur du Rhône

 

Enfin, nous termirons cette superbe journée à Châteauneuf du Pape c’est le CRU le plus prestigieux cru de la Vallée du Rhône coté Sud!

Les vestiges du Château offre  une vue imprenable sur toute la vallée jusqu’à Avignon,  le  vignoble, la vallée du Rhône, les Alpilles, le Luberon, le Mont Ventoux…bref, c’est un concentré de Provence sous vos yeux!.

Si nous avons encore un peu de temps un sentier balisé qui part de l’ouest du village pour un circuit à travers les vignes en passant par le Rhône qui vous permet de voir les vignes de près.

 

carte-de-l-Appellation

Le vignoble fut à l’origine planté par les Papes au Moyen Âge, et est renommé depuis le XVIIIe siècle. Châteauneuf du Pape devint en 1936 la première appellation d’origine contrôlée reconnue officiellement dans les Côtes du Rhône. Coté chiffres : Il s’étend sur plus de 3300 hectares et est exploité par 55 domaines viticoles et près de 300 vignerons. 

 

 

* l’abus d’alcool est dangereux pour la santé

Aigues Mortes, le reve un peu fou d’un roi capetien!

LOUIS  IX serait il tombé sur la tete lorsqu’en 1240 il devient propriétaire d’un espace insalubre, au fin fond du royaume de France, dans un milieu plutot hostile peuplé de marécages et d’étangs, propice aux fièvres…..?

Quelle drole d’idée me direz vous!

Il est vrai que ce roi capétien n’a pas beaucoup d’autres choix . À l’est du Rhône, c’est le Saint Empire Romain Germanique,  Saint Gilles dépend du Comté de Toulouse et Montpellier du Roi d’Aragon. Donc non seulement la mission de Louis IX est de trouver un espace maritime pour pouvoir créer un port et partir en Croisades mais aussi d’asseoir le pouvoir de la dynastie capetienne en Languedoc.
800px-Aigues-Mortes_et_la_Petite_Camargue_Gravure_de_Bellin_1764
Dès 1244, l’architecte Eudes de Montreuil dresse les premiers plans du port et de la ville enfin ville c’est un bien grand mot, il s’agit avant tout d’une base militaire; il faut d’abord imaginer un camp militaire constitué de tentes

6.-AM-3013-copyright-Gédéon-Programmes

et de manière à faciliter et encourager l’arrivée d’une population civile, une charte de privilèges sous la forme d’exonérations d’impôts verra le jour. Ca y est, Aigues Mortes etait née! Et cette cité va veritablement jouer un role majeur historique et economique :

historique car Saint Louis partirant deux fois d’Aigues Mortes pour les Croisades, en 1248 et 1270 et

économique car Aigues Mortes devient le premier port capetien de Mediterranée.sites_monuments19

Plein feu sur le street art à Barcelone

fan de graffitis, stickers, pochoirs ? alors Barcelone est vraiment pour vous!

barcelone 2016 1469

Alors, oui à Barcelone, il y a Gaudí, Miró,  Picasso et Tapiès…mais finalement l’art est aussi dans le rue et à l’air libre. Un itinéraire dans les quartiers du Born, Raval et Barrio gothico très loin du Barcelone glamour de Passeig de Gracia, autre lieu autre ambiance, à décourvri à pied et ayant toujours un oeil sur son sac à main!

Une déambulation dans ces quartiers médiévaux longtemps délaissés car réputés comme « infréquentables » mais si authentiques, populaires et multifacettes !

Autrefois vu comme une pratique marginale, ce mouvement artistique est en passe d’être véritablement reconnu et Barcelone reste indéniablement la Mecque du graf.

Alors, envie d’une petite balade culturelle…attention, c’est un art éphémère surtout avec les créations sur papier alors dépêchez vous d’aller découvrir cet art surprenant !

barcelone 2016 1467barcelone 2016 1484

barcelone 2016 1432 barcelone 2016 1394

Cathédrale de Maguelone (Hérault)

Site grandiose situé au sud de Montpellier, entre mer et étangs, près de Palavas-les-Flots, la Cathédrale de Maguelone, « Cathédrale des Sables », est l’ancien évêché roman de Montpellier

Au bord de la mer Méditerranée, à 4 km à l’ouest de Palavas-les-Flots, sur une île plantée de vignes et de pins centenaires, la cathédrale romane de Maguelone est habitée depuis l’Antiquité.
Près des plages de sable, l’île de Maguelone et la cathédrale forment un site incontournable à visiter. Possibilté d’organiser sur le site une dégustation de vins et de coquillages.

L’Aude et le Pays Cathare

L’Aude Pays Cathare vous  fait vivre l’Histoire avec un grand H, celle du catharisme… Découvrez de nombreux châteaux du Pays Cathare : château d’Aguilar, château d’Arques, château de Lastours, château de Peyrepertuse, château de Puilaurens, château de Puivert, château de Quéribus, château de Saissac , château de Termes, château de Villerouge-Termenès. Bonnes chaussures impératives!

Visite des Six sites classés inscrits au patrimoine de l’Unesco en Languedoc Roussillon

Le Languedoc-Roussillon offre au visiteur six sites majeurs inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Sites hors du commun, d’une valeur exceptionnelle, préservés pour l’humanité et pour les générations à venir, découvrez le Pont du Gard, les Causses et Cévennes, le Canal du Midi, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, la cité fortifiée de Carcassonne ou les forteresses Vauban

Visite d’Aigues Mortes

Rendez-vous avec l’Histoire à Aigues Mortes : Saint Louis, les Croisades, le protestantisme sans oublier bien sur, l’imposante Tour de Constance, les remparts médiévaux et une vue plongeante sur les Salins du Midi