On s’oxygene!Balade virtuelle au coeur de la vallée des Baux de Provence

 Le Massif des Alpilles est le prolongement géoloqique des Alpes dont il tire son nom et du Luberon. Cette chaîne calcaire se trouve placée entre les villes d’Arles, Avignon et Salon de Provence. Petites dans leurs dimensions, les Alpilles s’étendent sur environ 40 kilomètres de long, entre Rhône et Durance, dominant la Crau et les plaines Rhodaniennes.

Composé de pelouses, garrigues, forêts, falaises, marais, cultures… le Massif est doté d’une faune et d’une flore riches – Il abrite en effet 960 espèces végétales, 90 espèces d’oiseaux, 19 espèces de chauves-souris, plusieurs centaines d’espèces d’insectes. Au fil des promenades peut-être aurez-vous la chance de croiser l’Aigle de Bonelli, un vautour percnoptère, ou un Minioptéré de Schreibers…

Depuis des millenaires, agriculteurs, bergers, et forestiers exploitent le massif constituant un écosystème unique et très minutieusement équilibré. Le paysage est formé en piémont de vignes et de vergers, de cultures maraîchères, séparées par des haies de cyprès. (Au sud prédominance de l’olivier.) Lorsque l’on se dirige vers les crêtes, on découvre les forêts de chêne vert et les grappes de pin d’Alep, et parfois de cèdre, au fil de l’altitude, les garrigues touffues parsemées de bottes d’asperges sauvages et de chênes kermès aux feuilles piquantes, puis « les pelouses »  à thym et à romarin de la ligne des crêtes.

Les Alpilles, comme tout espace aturel, sont un véritable lieu de vie. En ce sens, elles nécessitent de la part des visiteurs, une attitude et une attention vigilantes. Chacun est invité, avec toute la délicatesse et le respect que mérite chaque lieu d’habitation, avec plus de précautions, quand il s’agit d’un espace naturel inscrit dans la culture quotidienne et l’affectif de chaque habitant de ce très beau pays de Provence.

Le territoire des Alpilles est une entité paysagère à part. L’empreinte de l’homme, à travers l’histoire et ses actuelles activités sur ce territoire, est omniprésente et a façonné ce paysage au fil des siècles. En effet, le massif des Alpilles est caractérisé par une agriculture traditionnelle et diversifiée, vivante, principale ressource économique de ce territoire avec le tourisme. Elle est une des composantes essentielles du paysage des Alpilles, et le façonne au fil des saisons et des années.

en savoir plus : https://www.franceculture.fr/emissions/ne-parle-pas-la-bouche-pleine/des-moulins-du-coeur-de-la-provence-mets-de-lhuile

Gigondas – coté vin

Gigondas

Un site hors du commun, naturel et protégé

Des coteaux façonnés par la main de l’Homme pour accueillir la vigne. Lové au pied des Dentelles de Montmirail dont les « racines » nourrissent celles des vignes du sommet de l’appellation, Gigondas recèle des merveilles. Les sols de calcaire gris qui en découlent constituent des terroirs structurés et uniques. Ils produisent ainsi des vins rouges aux arômes de fruits kirschés évoluant vers des notes de sous-bois et de truffe avec l’âge. Et des rosés chatoyants et complexes aux notes de fruits rouges, d’amande et d’épices.

Cépages & saveurs

Les Gigondas offrent un bouquet riche, aux arômes fins, fruités et épicés et une couleur ensoleillée, qui va du rubis au grenat foncé. Le nez dévoile un bouquet de fruits rouges et de fruits noirs très mûrs. En bouche, le Gigondas est corsé avec une attaque charnue. 

Pour les rouges : le Grenache Noir (50% maximum), libérant toute l’expression de sa puissance dans des vins rouges chatoyants aux tanins marqués, au corps charpenté et doté d’une grande aptitude au vieillissement. La Syrah et le Mourvèdre (15% minimum) renforcent leur couleur grenat et épicent leurs arômes. Tous les autres cépages de l’AOC Côtes du Rhône sont autorisés à hauteur de 10% maximum, à l’exception du Carignan. 

Pour les rosés : les cépages autorisés sont le Grenache noir à hauteur de 50% maximum et Tous les autres cépages de l’AOC Côtes du Rhône sont autorisés à hauteur de 10% maximum, à l’exception du Carignan.

autre article du blog : https://lesudmakesmehappy.com/wp-admin/post.php?post=2629&action=edit

Balade guidée dans le vignoble provençal

Au cœur de la Provence

De Cassis à Bandol, les appellations les plus prestigieuses de la région offrent des paysages à couper le souffle. Les vignes les plus ensoleillées de France sont cultivées en restanques, sorte de terrasses typiques de la Provence, et peuvent trôner jusqu’à 150 mètres d’altitude. Enserrés dans un vaste amphithéâtre de montagne, les Domaines Bunan, à Bandol, dévoilent un écrin fabuleux. Dégustations accompagnées de mets d’exception (huître, truffes, cèpes…), smart balades ou expositions dans la salle des foudres, ce domaine familial propose aux amateurs une manière originale et chaleureuse d’appréhender le vin.
Les amateurs de vin blanc passeront par Cassis, à 30 km de là. Au pied de la falaise ocre du Cap Canaille, le Clos Sainte Magdeleine vaut le détour.

source : https://www.pluris.fr/publication/5-destinations-oenotouristiques_2-14-2329.php

autre article du blog : https://lesudmakesmehappy.com/wp-admin/post.php?post=2629&action=edit

Un petit tour dans les vignes de la vallée du Rhone

Côtes-du-Rhône: Commentaires

De Vienne à Nîmes et Avignon, de part et d’autre du Rhône, le vignoble déploie une multitude de typicités géologiques et de cépages, dont les treize variétés de l’appellation Châteauneuf-du-Pape. Pour en découvrir toutes les spécificités, faites une halte au Château Beauchêne, à Piolenc, qui possède un jardin ampélographique pour vous exercer à identifier les cépages.
Sur la même appellation, faites escale à la Maison Ogier pour visiter (sur réservation) ses chais, parmi les plus grands de la région, et son conservatoire des 4 terroirs de Châteauneuf-du-Pape. L’occasion de parfaire sa connaissance complète du vignoble !
Plus au nord, la Maison Meffre, célèbre institution de négoce de Gigondas, accueille les visiteurs sur son Domaine de Longue Toque pour des ateliers de dégustation axés sur le terroir, la syrah ou encore la vinification.

source : https://www.pluris.fr/publication/5-destinations-oenotouristiques_2-14-2329.php

autres articles : https://lesudmakesmehappy.com/wp-admin/post.php?post=2632&action=edit

https://lesudmakesmehappy.com/?p=2637&preview=true

EN SAVOIR PLUS

Amazon.fr - Vins du Sud : Vallée du Rhône, Sud-Ouest, Languedoc ...

Valmagne et les vins!

Depuis près de 900 ans, l’abbaye de Valmagne est un domaine lié au vin en Languedoc. Il est dirigé par la même famille depuis 1838. En 2018, Eleonor et Roland d’Allaines viennent de rejoindre Philippe et Laurence d’Allaines pour le développer dans toutes ses dimensions. En 1138 Raymond Trencavel, Vicomte de Béziers, fonda l’abbaye de Valmagne sur la commune de Villeveyrac, prés de Mèze et de l’étang de Thau. Elle fût rattachée, 20 ans après, à l’ordre de Cîteaux. Les moines cisterciens étaient connus pour savoir choisir les emplacements les mieux à même de produire un vin de qualité, comme ils l’ont fait en Bourgogne. Ce précieux savoir a contribué à façonner l’abbaye de Valmagne et sa production vinicole, qui a perduré jusqu’à aujourd’hui. Philippe d’Allaines et le bio au XX° siècle Le domaine a pris un tournant il y a plus de 30 ans avec Philippe d’Allaines. Juriste de formation, il convertit le vignoble de l’abbaye à l’agriculture biologique en 1999 et replante un cépage ancien oublié, le morastel. Pionnier, il vinifie en bouteille depuis 1985 et développe la vente directe au caveau.

Aujourd’hui, le domaine compte 45 hectares de vignes sur 350 hectares au total, entre bois, garrigue et blé. Philippe d’Allaines est aussi l’un des fondateurs de l’appellation Grés de Montpellier en 2003 et son premier président. Il leur consacre la plus belle parcelle du domaine, la plus en hauteur, sur des grès rouges, replantée de grenache au côté du mourvèdre. Sa vision du domaine réunit toutes ses facettes, un monument historique classé en 1947, un domaine viticole et un domaine agricole. Pour retrouver ce lien avec la vie de l’abbaye à l’époque monastique, Laurence d’Allaines, son épouse, a créé un jardin médiéval de plantes aromatiques, simples médicinales, légumes anciens, et ouvert la ferme-auberge de l’abbaye. Les récoltes du potager et les produits locaux composent une carte champêtre, accompagnée de vin, bière et tisane de Valmagne. Laurence d’Allaines développe en plus d’originaux ateliers de dégustation, allant des plantes au vin. Roland d’Allaines, la relève aux vignes Gérant depuis janvier 2018, Roland d’Allaines vient de s’installer comme jeune agriculteur, prenant le relais de son père, vigneron en retraite depuis l’automne. Avec un double cursus agronomie puis commercial, il arrive avec une vision claire de ses objectifs pour le vignoble. D’abord, il doit faire face à un problème drastique de baisse de rendements, 10 hectolitres/hectare sur la dernière vendange. Pour cela, il prévoit d’arracher et replanter, une démarche qui a déjà démarré. Il veut aussi, à terme, convertir le domaine à la biodynamie, et réfléchît à introduire des cochons noirs pour labourer les vignes. Fort de 5 ans dans la distribution de vins à Paris, il connaît bien le marché et ses attentes. Eleonor d’Allaines, formée en communication, a rejoint l’abbaye depuis 2014, en charge des visites, animations et réception. Elle œuvre maintenant en duo avec son père vous développer les nombreuses possibilités œnotouristiques de l’abbaye de Valmagne. Nouveau logo, nouvelles étiquettes Pour symboliser ces changements, toute l’identité graphique de la gamme a été refondue, avec l’agence Crayon à Papier de Montpellier. Le nouveau logo, ocre comme la terre, mêle les symboliques romanes et gothiques, et affiche la date de fondation de l’abbaye. Les étiquettes étaient inchangées depuis 25 ans. Elles sont entièrement renouvelées pour des gammes repensées. La gamme Vitrail (ex secret de Frêre Nonenque) en IGP Oc, zoome sur des détails colorés des vitraux ce l’abbaye. A 7 €, avec son étiquette très repérable, c’est la gamme de plaisir. La gamme Portalis (ex Bernard et Benoit), en AOC Languedoc, (10€), et habillée en sobriété, dans les couleurs de garrigue, pour un vin fin et souple. Le rosé L. de Nicolay, avec une étiquette en « 3D » et un bouchon en verre, est positionné en rosé de gastronomie. Le haut de gamme en Grès de Montpellier, la cuvée de Turenne et la cuvée Cardinal de Bonzi, élevées en barrique, promises à la garde, sont sobres et intemporelles, en noir et blanc et blasons.

source / https://www.terredevins.com/actualites/abbaye-de-valmagne-nouvelle-generation-nouvelle-gamme

autre article concernant Valmagne : https://lesudmakesmehappy.com/wp-admin/post.php?post=2501&action=edit

Châteaux cathares : les citadelles du vertige

source : https://www.detoursenfrance.fr/patrimoine/chateaux-cathares-les-citadelles-du-vertige-7546

Résultat de recherche d'images pour "chateau cathare"

On les appelle les châteaux Cathares ou « Châteaux du Pays cathare ». Dressées sur le sommet des collines des Corbières comme des sentinelles défiant l’horizon entre ciel et terre, les citadelles du vertige défient le temps et racontent leur histoire. Une histoire qui puise ses racines au XIIème siècle et vient raisonner aujourd’hui d’un nouvel écho. Du haut de leurs pierres séculaires, la Cité de Carcassonne et sept autres châteaux, sont en lice pour une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Prêt pour un beau voyage… vertigineux ?

Ils sont huit. Huit sublimes châteaux campés entre Aude et Ariège prétendant au sacre de l’Unesco. De la Cité de Carcassonne au château d’Aguilar en passant par ceux de Lastours, Montségur, Peyrepertuse, Puilaurens, Termes ou encore Quéribus, tous ont en commun une beauté imparable et une histoire exceptionnelle qui leur donnent une valeur universelle évidente. Nommés à tort châteaux du Pays cathares alors qu’aucun cathare n’y a jamais vécu, ils constituent l’une des premières constructions en série inspirées du modèle de fortifications promu par Philippe Auguste. Ligne de défense A l’issue de la croisade contre les Albigeois, le roi entend bien asseoir son pouvoir sur un territoire nouvellement conquis. Pour y arriver, est érigée en quelques décennies une série de sites défensifs dominant les vallées, épousant les reliefs accidentés. Leur mission est multiple. Eléments de défense face à la puissante couronne d’Aragon, ils surveillent la nouvelle frontière issue du traité de Corbeil signé en 1258. Chef de file: Carcassonne Vaisseau amiral de cet arsenal défensif, la Cité de Carcassonne. 52 tours, deux enceintes, 3 km de remparts… elle domine l’Aude, témoignant de 1000 ans d’architecture et de 2600 ans d’histoire. Occupé depuis le VIème siècle avant JC, le site vit s’édifier un château comtal au XIIème siècle. A chaque époque, ses remaniements. Si Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel, modernisèrent ses fortifications, c’est à Violet-le-Duc, qu’une restauration d’envergure est confiée en 1853. Imposante place forte, la cité a garanti la frontière entre la France et l’Aragon jusqu’au Traité des Pyrénées en 1659.

Autour de Saint Chinian

source : http://www.herault-tourisme.com/articles/les-escapades-de-plaisirs-d-herault-7-st-chinian-p-957-1.html

Notre Escapade du jour débute à Capestang, au bord du Grand Bief du Canal du Midi. Quel meilleur point de départ que le sommet de la Collégiale St-Etienne de Capestang pour débuter cet épisode ? Il offre un panorama qui s’étend des Pyrénées aux massifs du Haut-Languedoc, en passant par Narbonne et la Clape, et surplombant les plaines viticoles du Minervois, du Bitterois… et du St-Chinianais. Territoire que nous allons arpenter tout au long de la journée.

D’un parfait style gothique, la collégiale Saint-Etienne de Capestang fut élevée au 13ème siècle sur une ancienne église romane, par la même équipe qui construisit la cathédrale de Narbonne.

Poussons plus à l’Ouest, vers le magnifique village caladé de Montouliers. Perché sur son promontoire rocheux, il domine toute la plaine viticole.
Les plus curieux y découvriront une fontaine dite romaine creusée à même le roc. La légende veut que ce soient les légions de Jules César qui découvrirent cette source et qui l’aménagèrent. Jusqu’au XIXe, ce fut la seule source d’eau du village.

© Hérault-Tourisme - Eric Brendle

En repartant à travers ces paysages de vignobles, nous arrivons à Puisserguier. Un village célèbre pour son château et sa circulade. Néanmoins, nous allons vous proposer de faire une halte bien plus insolite :

Découvrir l’Ecomusée des MémoiRes de Puisserguier ! L’écomusée de la vie d’autrefois est installé dans l’ancienne école publique du village. L’endroit idéal pour remonter le temps ! Une salle de classe d’autrefois, des salles dédiés aux métiers d’autrefois, et une ambiance qui allie convivialité, sourire… et nostalgie d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître.

Après avoir parcouru encore quelques kilomètres à travers les vignes et les collines, en ayant l’impression d’être seuls au monde, nous arrivons à Cazedarnes e à l‘abbaye de Fontcaude. Au milieu de nulle part, construite à proximité d’une source il y a 9 siècles, l’abbaye est lovée dans un mignon petit vallon. L’abbaye est un joyau de l’art roman en Languedoc. Mais Fontcaude, c’est aussi une étape sur un chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (une bretelle). Abbatiale, cloître, musée de sculptures, fonderie de cloches (XIIe s.) sont accessibles à la visite.

Le moment est venu de nous diriger vers « l’épicentre viticole » de cette appellation : Saint-Chinian. Paré de placettes et de ruelles, le patrimoine du village résonne surtout dans l’appellation à laquelle il a donné son nom. Pour découvrir toutes les richesses du village, parcourez-le à pied au départ de la Promenade. Cette place centrale ombragée de platanes où il fait bon vivre contribue à sa réputation.

A quelques mètres de la Promenade, passage obligé à la Maison des Vins, vitrine de l’ensemble des vins de l’AOC Saint Chinian. Cette appellation couvre une palette de terroirs étendus sur 20 villages, 100 caves particulières et 8 caves coopératives.

Van Gogh en Provence

Avignon

– Visite du Musée Angladon où vous pourrez admirer le seul tableau de Van Gogh en Provence : Wagons de chemin de fer – août 1888.

Itinéraire touristique : Van Gogh en Provence

Puis direction Saint Rémy de Provence

A voir / à faire :

-Visite du monastère de Saint Paul de Mausole, transformé au XIXe siècle en asile et où Van Gogh trouvera refuge au cours de l’année 1889/1890 juste avant de se suicider. Dans l’allée du monastère, un buste en bronze rappelle le séjour du peintre.

Traversée des Alpilles par l’impressionnant Val d’Enfer.

Rejoindre Arles

A voir / à faire :

-Passage devant l’Abbaye de Montmajour qui inspira le peintre (possibilité de visite).

-Visite de la ville d’Arles. Son patrimoine romain et roman, Ville de Van Gogh, capitale de la Camargue et chaque année le rendez-vous de la photographie, de la musique, de la tauromachie… Arles est une ville d’art et d’histoire, classée par l’UNESCO comme Patrimoine mondial de l’Humanité. – www.arlestourisme.com

-Évocation de la vie de l’artiste sur les lieux où il vécut et qui lui inspirèrent ses plus belles toiles (L’Hôpital Van Gogh, le Pont Langlois, les Alyscamps, la Place Lamartine…).


Terre de vignes autour D’Uzès

source : https://www.uzes.fr/decouvrir-uzes/a-voir-a-faire/terroir/terre-de-vignes

Les vins du Duché d’Uzès ont une riche histoire qui remonte à l’époque des Grecs et des Phéniciens, voilà plus de 2000 ans. Implanté au cœur des garrigues sur les coteaux les mieux ensoleillés du département du Gard, le petit vignoble bénéficie depuis 2013 d’une AOC spécifique.

Des vins rouges colorés et puissants aux arômes épicés et fruités, des blancs mordorés très aromatiques aux accents d’agrumes et de fruits secs, des rosés frais et vifs couleur rose clair teinté de violine… grâce à un terroir jouissant d’un climat méditerranéen subtilement atténué par les contreforts des Cévennes, le Duché d’Uzès est un vignoble qui offre des vins haut de gamme, généreux et divers.
 

Les vignes sont présentes autour d’Uzès depuis l’Antiquité. Au Moyen Age, le vin servait pour le culte mais l’évêque d’Uzès l’utilisait également en vin d’honneur pour ses hôtes de marque. Jean Racine en séjour chez son oncle, disait même qu’Uzès produisait « le meilleur vin du royaume ». 

Depuis 2013, le vin du Duché d’Uzès est reconnu en appellation d’origine contrôlée (AOC) sur une superficie de 282 hectares. Un peu plus de 10 000 hectolitres sont ainsi produits chaque année par une quarantaine de vignerons indépendants et une dizaine de caves coopératives sur 77 communes aux alentours d’Uzès et qui disposent de leur propre bouteille frappée de l’écusson du duché. Parmi toutes les AOC de la Vallée du Rhône, l’AOC Duché d’Uzès est la première productrice de vin blanc. Le vignoble repose essentiellement sur des sols argilo-calcaires et l’aire de l’appellation s’étend des plaines collinaires de l’Uzège jusque dans les premiers contreforts des Cévennes. Sur des côteaux magnifiquement exposés, et parsemés de capitelles (cabanes de pierre sèche), la vigne cohabite avec les oliviers, les pêchers, les abricotiers et les chênes truffiers.

Je rajoute : les cépages qui composent ces vins en AOP Duché d’Uzès sont : Grenache/Syrah/Mourvèdre/Cinsault/Viognier/Carignan/Marsanne

Villerouge-Termenès où mourut le dernier martyr cathare

Résultat de recherche d'images pour "belibaste"

Il n’est pas d’exemple d’histoire officielle écrite par les vaincus. Mais il arrive que les peuples se souviennent de la leur et la transmettent. Ainsi en est-il du château de Villerouge-Termenès, entièrement remanié au XIVe siècle, où fut brûlé le dernier Bon Homme cathare : Guilhem Bélibaste, né non loin d’ici dans un village perché là-haut, entre Peyrpertuse et Bugarach. Nous étions bien longtemps après la fin de la croisade contre les Albigeois et l’Inquisition, dans sa soif exterminatrice, traquait les derniers Cathares. C’est de cette histoire vue d’en bas que Claude Marti nous parle : «Le château de Villerouge (XIe – XIIIe) est assurément «un des plus beaux exemples d’architecture militaire de la région». Mais c’est dans la cour de ce château appartenant à l’archevêque de Narbonne que fut mis à mort Guilhem Bélibaste ! Bélibaste, fils de paysans aisés, meurtrier par accident, parfait par repentir, arrêté pour hérésie et enfermé au sinistre «mur» de Carcassonne. Bélibaste évadé, Bélibaste fugitif, traqué, trahi, repris, à nouveau emprisonné, condamné par l’Inquisition et brûlé vif en 1321 à Villerouge-Termenès, à deux pas de Cubières où il était venu à la vie. Bélibaste, le dernier parfait ordonné. Le dernier à porter la parole, à guider les âmes dans l’entendensa del ben, le dernier à pouvoir «consoler». Seul pour aller par les chemins, seul pour résister à l’usure mécanique de la mémoire qui corrode parfois la justesse des propos et fait oublier les mots, trop seul parfois pour discerner le bien du mal. Bien seul pour affronter la trahison. Sur le bûcher de Villerouge, Bélibaste a-t-il eu, l’espace d’un éclair, le sentiment que sa propre fin était aussi celle de sa foi ? Solitude».

https://www.ladepeche.fr/article/2015/07/02/2136721-villerouge-termenes-ou-mourut-le-dernier-martyr.html

Résultat de recherche d'images pour "belibaste"

Corbières, des vins de tradition

De pan e de vin, lo rei pòt venir : avec du pain et du vin, nous sommes les plus heureux du monde

Les Corbières sont un massif montagneux (500 à 900 m d’altitude) correspondant au piémont des Pyrénées et qui s’étend de Carcassonne à la mer Méditerranée, ce qui lui confère un climat d’influence à la fois atlantique et méditerranéenne. La superficie du vignoble est de 10 600 ha revendiqués en AOC Corbières.

Les terrasses, formées par les alluvions récentes de l’Aude et de l’Orbieu (Quaternaire) présente un sol formé de galets roulés, très filtrant sensible à la sécheresse. Bien adapté aux Grenache, Carignan et Cinsault, il donne des vins chaleureux dont l’expression est étroitement liée aux conditions climatiques. Les schistes sont les plus anciens sols, formés de fines lamelles d’argile de couleur noir. Ces sols acides et très filtrants se réchauffent rapidement et permettent la production de blancs et rosés, fins et élégants. Les calcaires durs sont des sols du Tertiaire ou Secondaire, adaptés à tous les cépages, donnant des vins très méditerranéens avec des tannins bien marqués. Les marnes grises, proposent un terroir jeune et basique aux sols froids et humide l’hiver, et secs en été.

Les Corbières ont le cœur rouge ! Cet AOC dégage toute sa force du Carignan (50%), aux vins tanniques puissants et colorés. La Syrah relève avec son goût d’épices, de fruits rouges… le Grenache noir, quant à lui, confère des touches très sucrées, alors que le Mourvèdre produira des vins plus tanniques mâtinés de notes épicées et de confiture. Enfin, les Rosés des Corbières tirent leur élégance du Cinsault. Quant aux vins blancs, encore trop méconnus, ils étonnent par leur fraîcheur et leur souplesse. Le cœur des Corbières c’est aussi son histoire et son patrimoine ! Au détour des chemins de randonnées, capitelles, casots, garennes, murs à abeille… nous interrogent sur les usages passés et présents de ces terroirs agricoles. Que vous soyez flâneurs ou sportifs, à pied ou à vélo, les chemins des Corbières vous offriront de merveilleux points de vue sur ces terres de traditions viticoles, à moins que vous souhaitiez en découvrir toute leur ampleur, du haut des fameuses citadelles du vertige.

source https://www.tourisme-corbieres-minervois.com/corbieres-des-vins-de-tradition.html

A vos agendas : rendez vous avec la truffe le 21 juin 2020 de 09h00 à 17h00

et préparez vous papilles!

C’est le rendez vous d ela truffe d’été dans l’Aude TRAUSSE .

Descriptif

Une journée dédiée à la truffe d’été audoise afin de découvrir la production trufficole traussoise. Marché aux truffes, mais aussi de plantes et de produits régionaux. Toute la journée, marché artisanal, dégustations, bar à vins, restauration truffée sur place, animations pour les enfants… Repas gastronomique autour de la truffe (sur réservation).

On peut en profiter pour découvrir un très beau patrimoine sur notre chemin.

Résultat de recherche d'images pour "truffe aude"

https://www.europe1.fr/videos/embed/3829679

Narbonne : trois étoiles pour l’abbaye de Fontfroide

https://www.midilibre.fr/2017/04/13/narbonne-trois-etoiles-pour-l-abbaye-de-fontfroide,1492278.php

L’abbaye de Fontfroide vient de décrocher le Saint-Graal du tourisme! Une troisième étoile au Guide vert Michelin de la dernière édition Roussillon, Aude, Pays Cathare.

Résultat de recherche d'images pour "fontfroide"

Le responsable de la collection, Philippe Orain, est ainsi venu remettre la précieuse distinction à l’abbaye en présence de Laure d’Andoque, responsable du site. Une récompense attendue de longue date, la deuxième étoile étant arrivée en 1952. L’abbaye rejoint ainsi le club très restreint des sites qui « valent le voyage », à savoir dans l’Aude la Cité de Carcassonne et le château de Peyrepertuse.

Deux autres sites se voient dotés d’une deuxième étoile dans le département, l’ensemble monumental du Palais des Archevêques avec la cathédrale Saint-Just et Saint-Pasteur de Narbonne et le château comtal de la Cité de Carcassonne. A Narbonne, cette distinction est l’aboutissement d’un important travail de restauration et de valorisation du patrimoine, ainsi que d’amélioration de l’accueil des publics, mené par les services municipaux.

Résultat de recherche d'images pour "fontfroide"

La Ville de Narbonne souhaite poursuivre dans cette voie, afin d’atteindre son objectif : décrocher, à terme, une troisième étoile également! Complémentaire au futur Musée régional de la Narbonne antique, le complexe architectural composé du Palais des Archevêques et de la cathédrale permettra ainsi de faire découvrir au plus grand nombre – et dans les meilleures conditions – les beautés et les trésors du patrimoine narbonnais.

les Trésors du Vaucluse

Demandez moi le programme!

Prendre un peu de hauteur et savourer du vin (avec moderation!)

Souvenirs, souvenirs….

Découverte guidée de Montpellier avec un accès privilègié au sommet de l’arc de triomphe et recompense dégustation de vins et un panorama à 360°.
Demandez moi le programme

Les étangs et les îles de l’Aude

Etangs de Bages-Sigean, de Peyriac…, îles Sainte-Lucie, île Saint-Martin… 1200 ha entre terre et mer forment le cœur du Parc de la Narbonnaise en Méditerranée. Ces lagunes font partie des « zones humides d’importance internationale ». Ils accueillent une faune parmi les plus variées d’Europe. C’est un paradis pour les ornithologues, ou simples amoureux de la nature, qui y croisent le flamant, l’aigrette, le martin-pêcheur, la bergeronnette printanière… Les pêcheurs d’anguilles y exercent encore leur vieux métier, les salines y ont laissé leurs géométriques empreintes. Les îles ponctuent ce paysage lagunaire, lui opposant leur verticalité et leurs parfums capiteux. A l’horizon, les Corbières, le pic du Canigou, et quelque part sur la plaine, la cathédrale de Narbonne…

Allons nous oxygéner à Sète

avatar

Anciennement nommée « Cette » jusqu’en 1927, Sète est la troisième plus grande agglomération de l’Hérault derrière Béziers et Montpellier. Une ambiance de petite cité portuaire et une invitation à la poésie s’exhalent des rues de cette commune de 43 620 habitants, à la fois villégiature prisée entre mer, étangs et canaux, et ville populaire à l’âme maritime. On l’appelle également la « Venise du Languedoc » en raison de ses canaux et de son port de pêche. Paul Valéry – qui l’appelait « l’île singulière » -, Georges Brassens, Manitas de Plata et Jean Vilar y sont nés, donnant à Sète une intemporelle âme d’artiste. Sète est enclavée entre la mer Méditerranée, l’étang de Thau, et est célèbre pour la qualité de ses fruits de mer. Plus grand port de pêche de la mer Méditerranée française, Sète s’étire d’ouest en est entre plages de sable fin, de petits quartiers populaires, le port pittoresque et le Mont Saint-Clair.

1. Visiter le centre-ville

Visiter centre ville de SèteLa ville de Sète fut fondée en 1666 par Louis XIV pour offrir un débouché maritime au canal du Midi : ainsi naquirent le port de Sète et les joutes nautiques. Quiconque vient visiter Sète se trouve charmé par l’atmosphère de la ville, entre les canaux, les petites placettes et les ruelles du centre-ville. En arrivant dans la ville, on profitera du canal royal, des quais Charles Lemaresquier, ou de la Promenade Jean-Baptise Mary, où l’on peut d’ailleurs manger dans des restaurants de fruits de mer en humant les effluves du port et de la criée. Au menu, tielles, macaronade, bourride de baudroie, rouille de seiche, moules et encornets farcis, soupe de poisson, daurade royale, coquillages de l’étang de Thau, zezettes, frescati… Une balade le long du Quai du Mistral à la Pointe Courte vaut le détour.

2. Monter au Mont Saint-Clair

Visiter Mont Saint-Clair, SètePourquoi ne pas visiter Sète en prenant de la hauteur ? Le belvédère du Mont Saint Clair offre un panorama splendide sur la mer, l’étang de Thau et sur la ville quadrillée par ses canaux. Une petite randonnée urbaine – facile, mais cela monte bien quand-même – permet de monter à 175 mètres d’altitude. Il s’agit en fait d’une ancienne île méditerranéenne, avant que ne soit formé le cordon de terre la reliant à ce qui est aujourd’hui la commune de Marseillan. Une forte densité de zones boisées se trouve à l’ouest de l’îlot, dont la forêt domaniale de Sète. A l’est, on trouve le cimetière marin – où sont inhumés Paul Valéry et Jean Vilar – et le phare de Sète. En redescendant, au sud, on ne manquera pas de faire le musée Paul Valéry et le musée de la mer. En redescendant par l’ouest, se dévoilent la plage de la Corniche et la plage des Quilles.

3. L’espace Georges Brassens

Visiter musée Georges Brassens, Sète

Crédit photo: Wikimedia- Fagairolles 34

Que faire à Sète ? Au musée Georges Brassens, les fans inconditionnels du roi des mots tirant sur sa bouffarde seront comblés : l’espace d’un instant, ils auront la voix de leur idole dans les oreilles. Le musée dédié à l’auteur-compositeur-interprète est celui le plus visité de la ville de Sète, avec 50 000 visiteurs par an. Cette visite promet d’être émouvante si vous aimez la poésie, la chanson et les idées de Georges Brassens (1921-1981). On pénètre dans le musée muni d’un casque stéréophonique pour écouter des chansons et des interviews de l’artiste. Des objets, photos, articles de presse retracent la vie de G. Brassens, entre Sète et Paris, des années 1920 à sa mort. Pendant une heure environ, on explore la façon dont il écrivait, ses sources d’inspiration, son caractère, et ses thèmes d’écriture à différentes étapes de sa vie (ses expériences, les femmes, le désir, la religion, la mort, etc.), une immersion poétique dans l’univers du chanteur. En fin de visite, traverser la route pour vous recueillir sur sa tombe au cimetière « Le Py », nommé « cimetière des pauvres » par les locaux, où il réside avec ses parents et sa bien-aimée Joha Heiman, dite Püppchen. Lui qui disait préférer, en chantant, avoir « un petit trou moelleux sur la plage de la Corniche » (Supplique pour être enterré sur la plage de Sète), y passe sa mort en vacances depuis le 29 octobre 1981.

4. Les plages de Sète

Visiter les plages de Sète

Crédit photo: Wikimedia- Christian Ferrer

A l’extrémité ouest de la ville, se trouvent les plages de Sète. Été comme hiver, on peut aller s’y baigner ou flâner sur le sable fin, pour profiter d’un long cordon de plage mouillée par les flots bleus. Sept magnifiques plages se trouvent entre le centre-ville de Sète et Marseillan, avec vue sur le Mont Saint-Clair : la plage du Lazaret, la plage de la Corniche, la plage du Lido, la plage du Castellas, la plage de la fontaine, la plage de la baleine et la plage des 3 digues. De larges parkings à proximité permettent de se garer même en pleine période estivale.

5. Le port de plaisance et le Môle Saint-Louis

Visiter môle Saint Louis, Sète

Crédit photo: Wikimedia- Christian Ferrer

Le Môle Saint-Louis est la jetée qui ferme le port de plaisance de Sète. La première pierre du môle Saint-Louis fut posée le 29 juillet 1666. Une balade le long de cette digue vaut un coup d’œil, pour admirer la ville comme si l’on était dans l’eau. Au bout de la jetée, le phare du Môle Saint-Louis permet une belle vue sur le port de plaisance.

https://generationvoyage.fr/visiter-sete-faire-voir/

Nouvelles visites en 2020

Voici les nouveautés culturelles de 2020….laissez vous tenter par :

à Nimes, le musée flambant neuf consacré à la romanité, une peu de lecture http://lesudmakesmehappy.com/?s=musee+romanit%C3%A9

l’architecture caractéristique de la Grande Motte – label patrimoine du XX eme siècle

la Grande Motte

voir mon article : http://lesudmakesmehappy.com/2020/05/le-19-janvier-2010-a-la-grande-motte-une-reconnaissance/?preview_id=2935&preview_nonce=c2ce53d5ab&preview=true&_thumbnail_id=2939

ou le site de Maguelone et sa cathédrale romane fortifiée

Maguelone et sa Cathédrale

en savoir plus : https://lesudmakesmehappy.com/wp-admin/post.php?post=1111&action=edit

Du Vin et de l’Art en PROVENCE

Depuis 2002, Château La Coste porte une attention toute particulière au traitement des vignes, au processus de vinification et à la qualité du vin produit sur ses terres.

L’architecte Jean Nouvel a ainsi été chargé de réaliser une cuverie de technologie avancée afin de produire le meilleur vin possible. Cette technologie permet aujourd’hui l’expression naturelle du vin et offre une nouvelle dynamique à une tradition ancienne.

Découvrez les vins Château La Coste et initiez-vous aux méthodes de vinification en visitant notre chai réalisé par Jean Nouvel, suivi d’une dégustation des vins rouge, rosé et blanc.

Château La Coste apparaît aujourd’hui comme un domaine où les vignes, l’art et l’architecture s’expriment librement. Artistes et architectes y participant sont invités à visiter le lieu et à découvrir la beauté de ses paysages, puis à choisir l’emplacement qui accueillerait leur création.
Le domaine continue de se développer avec un certain nombre d’installations à venir.
Venez vous promener à travers bois, collines, champs d’oliviers et vignes du domaine afin de découvrir les oeuvres d’art et installations des artistes et architectes contemporains invités.
Tadao ANDO, Louise BOURGEOIS, Alexander CALDER, Mac COÍLÍN,
Frank O. GEHRY, Liam GILLICK, Andy GOLDSWORTHY, GUGGI,
Carsten HÖLLER, Paul MATISSE, Tatsuo MIYAJIMA, Jean NOUVEL,
Jean-Michel OTHONIEL, Jean PROUVÉ, Sean SCULLY, Richard SERRA, Tom SHANNON, Michael STIPE, Hiroshi SUGIMOTO,
TUNGA, Franz WEST.